05/07/2020


Le plus vieux leurre du monde !


La cuillère tournante figure parmi les leurres les plus utilisés par les amateurs de truites aux leurres. Du jeune novice au plus expérimenté des pêcheurs, on retrouve les tournantes dans les boîtes d’une immense majorité de pêcheurs...et ce n’est pas un hasard ! En effet, bien qu’étant l’un des plus vieux leurres de l’histoire de la pêche aux leurres, ses résultats restent toujours excellents et permettent souvent de sauver une bredouille ou de réellement trouver la pêche.







Si de prime abord la composition d’une cuillère tournante reste simple, chaque fabricant a essayé d’y apporter des particularités. Dans ce domaine, Hiroyuki Motoyama de la société Smith, a poussé l’étude jusqu’à produire une cuillère tournante pêchante dans toutes les conditions et aux résultats d’une exceptionnelle régularité, quelle que soit la technicité de son utilisateur. L’AR-S était née !

Sa Conception !

Elle possède un profil qui permet de l’identifier au premier coup d’œil. Le premier point que l’on remarque est le fait que la palette tournante soit disposée directement sur l’axe. L’absence d’étrier comme sur la plupart des cuillères tournantes permet de mettre la palette en rotation dès l’entrée en contact avec l’eau. Les bords de cette palette sont “affutés” de manière à obtenir une meilleure hydrodynamique et permettre ainsi une rotation plus rapide de cette dernière. Cette rotation est ainsi particulièrement rapide et fluide par rapport à d’autres tournantes “classiques”, et le ressenti pendant la récupération n’en est que meilleure.

La seconde spécificité de cette cuillère réside dans la forme de son lest. En effet, ce dernier a été dessiné en forme de goutte d’eau, de façon à jouer le rôle de “quille”, permettant une exceptionnelle stabilité de trajectoire dans les courants rapides. Ainsi, seule la palette rentre en rotation et non pas le corps du leurre.
Enfin, la troisième caractéristique notable de ce leurre et non des moindres, concerne le système d’attache de la ligne à la cuillère. Un émerillon baril a été disposé en tête de la cuillère afin de réduire encore la rotation du corps de la cuillère et ainsi minimiser le vrillage de la ligne souvent rencontré avec d’autres modèles du marché.



Du côté des tailles, poids et couleurs, l’offre est telle que vous trouverez de quoi faire face à toutes les situations ! La gamme distribuée par Smith Marryat Europe propose 6 grammages différents, les modèles allant de 1,5 grammes pour les petites rivières jusqu’à 6 grammes pour les plus grands cours d’eau à courants puissants. Les couleurs proposées sont nombreuses, allant des grands classiques tel que or ou argent, à des modèles plus spécifiques comme un corps bicolore avec une palette à points.

L’utilisation de l’AR-S


Traditionnellement, l’usage de la cuillère tournante est plutôt destiné à la recherche de la truite en rivière. Il n’est pour autant pas exclu que d’autres espèces viennent prendre votre AR-S, tant son attractivité est grande.



Son domaine de prédilection se situe dans les rivières petites à moyennes, quelle que soit l’intensité du courant qui y sera rencontrée. En effet, l’adaptation de la vitesse de récupération permettra de rendre le leurre pêchant dans tout type de configuration. En ce qui concerne les périodes les plus favorables à son utilisation, s’il s’avère que l’AR-S est prenante tout au long de l’année, elle reste tout de même reine dès lors que les débits des cours d’eau baissent et lors des périodes d’étiages. Les poissons ont alors souvent subi une pression de pêche les mois précédents et seront plus réceptifs à des leurres de petites tailles, animés avec précision près de leurs caches.



Elle apporte également des résultats remarquables lors de conditions particulièrement difficiles, comme dans les eaux hautes, froides et teintées de début de saison, où les poissons nageurs, même très denses et tenant bien le courant, passent trop vite ou pas assez profondément pour aller chercher les truites dans leur zone de tenue : l’AR-S, en adaptant le grammage, permet une nage à la profondeur souhaitée et à vitesse minimale, juste assez pour faire tourner la palette, technique qui m’a bien souvent rapporté d’excellents résultats là où tous mes poissons nageurs étaient restés inefficaces.



Un autre point fort de l’AR-S est qu’elle nage efficacement sur une grande plage de vitesse de récupération. Grâce à la grande vitesse de rotation de sa palette, elle reste attractive même à très faible vitesse, là où des modèles classiques auraient arrêté de tourner et donc perdu leur efficacité. Cette faculté peut s’avérer très utile sur des poissons très éduqués, ou même simplement pour déclencher les attaques quand les truites ne font que suivre avec une vitesse de récupération “normale”.


L’astuce de Gillen :



“Personnellement, j’adore utiliser l’AR-S en période d’étiage des cours d’eau. Lors des chaudes journées, les truites sont souvent calées et refusent de se déplacer pour intercepter la plupart des leurres que nous leurs présentons. Dans ces conditions, il est important que le temps de présence de votre leurre dans la “strike” zone soit le plus long possible. Aussi, c’est là que l’AR-S surpasse les autres leurres. J’utilise alors des modèles légers, que je fais évoluer au sein même de la veine d’eau, simplement en me servant de la tension de la ligne et de la poussée du courant pour mettre en rotation la palette. En accompagnant l’AR-S, canne haute, j’effectue des dérives précises, à l’image d’un pêcheur au toc et présente mon leurre à proximité immédiate des zones de tenue des truites. J’ai alors une préférence pour les coloris verts ou noirs, avec des palettes plutôt mates. L’évolution de l’AR-S à vitesse lente dans les courants porteurs peut alors être semblables à celle d’un insecte en détresse. “

L’astuce de David :



“Quand on me demande à quoi je pêche en Bretagne, je réponds souvent que l’AR-S est ma pêche principale à tout moment de la saison. Bien entendu, il ne suffit pas de la mettre à l’eau pour prendre les plus grosses truites du secteur. C’est là qu’entre en jeu une technique pour aller les débusquer dans leurs caches, notamment sous les rochers. En fonction du sens de rotation de la palette, l’AR-S dévie sur la droite ou sur la gauche pendant la récupération. C’est un outil parfait pour aller raser au plus proche les obstacles ! En donnant un petit coup de scion pour inverser ce sens de rotation, on peut ainsi avoir un excellent contrôle de sa trajectoire, pour optimiser au mieux son lancer et augmenter ses chances de déclencher une touche.”

Aucun commentaire:

Publier un commentaire