25/03/2019

D-Contact Salwater


Aujourd’hui on teste le Dcontact SW. 


Mon terrain de jeu ? Le lagon de la Nouvelle-Calédonie.

Lorsque l’on évoque le leurre D-Contact on pense logiquement à la pêche de la truite, son efficacité n’étant plus à prouver sur les salmonidés. Quatre tailles et des dizaines de coloris, tous aussi splendides et réalistes les uns que les autres, sont disponibles et font tourner les têtes de tous les pêcheurs.
Afin de répondre à la demande des pêcheurs en mer, SMITH a décidé de muscler son  D-Contact avec  une version « SW » Salwater.  Elle se caractérise par 7 nouvelles couleurs typée mer, et par des hameçons ST 36 de chez owner qui ne seront pas de trop pour résister à la puissance des prédateurs marins. D’une longueur de 85mm pour un poids de 14.5 gr, il a le même « physique » que son frère d’eau douce.

Sa bavette et ses flancs plats lui permettent d’être utilisé en traîne lente. Son corps va alors onduler, déplacer beaucoup d’eau et envoyer des flashs lumineux. La densité et l’aérodynamisme du leurre font qu’il se lance très loin. Vous pouvez ainsi le propulser sur les chasses de pélamides ou de bonites tout en restant à distance raisonnable afin de ne pas effrayer les poissons recherchés.

Il peut être animé de nombreuses façons ce qui permet de viser un grand nombre de prédateurs.

J’ai voulu essayer son efficacité dans le lagon de la Nouvelle-Calédonie. Pour se faire, j’ai utilisé un ensemble « light », une KOZ S70L couplée à un moulinet Shimano Stradic 4000 avec une tresse d'une résistance de 20lbs. 

Sur les hauts fonds coralliens, une récupération rapide avec quelques jerks a rendu fou les poissons. Excités par la nage erratique du leurre, ils sortent  par 4 ou 5 de leur trou et s’élancent à toute vitesse pour être le premier à l’attraper ! Vous n’avez plus qu’à admirer le spectacle, en espérant que le plus gros d’entre eux gagne la course. 



Lorsque le terrain de jeu est plus dégagé, sur des patates isolées par 3 ou 4 mètres de fond, je laisse couler mon D-Contact SW. Sa densité lui permet une descente rapide. Lorsque le leurre a atteint la profondeur désirée, a peu près un mètre au-dessus de la patate, j’imprime un jerk appuyé suivi d’une pause, et ainsi de suite. Lors du jerk, le leurre va vibrer en déplaçant beaucoup d’eau, ses flancs vont briller et renvoyer des éclats lumineux dans tous le sens. Cette animation est particulièrement adaptée pour les carangues. 



Lorsque vous voyez des boules d’anchois ou de fusiliers, n’hésitez pas à lancer votre DContact SW en bordures de celles-ci.  En effet beaucoup de prédateurs tournent autour de ses regroupements de poissons fourrages et sont à  l’affût de poissons isolés ou blessés. Laissez alors couler votre leurre et ramenez le lentement en lui donnant de petits coups de scion. Le leurre va imiter un poisson désorienté. Si les prédateurs sont en chasse, c’est la touche assurée !





Le lancer/ramener fonctionne aussi très bien. Canne haute, variez les vitesses de récupérations afin de déclencher les attaques des poissons. Les flancs plats du leurre lui permettent d’avoir une belle présentation lors de la récupération même à faible vitesse. Il vacillera, (wobbling) de façon plus ou moins prononcée, imitant un poisson en fuite. Cette technique est super efficace sur les chasses de bonites mais je me suis aperçu qu’elle fonctionnait très bien dans les mangroves pour attiser l’agressivité des rougets de palétuvier (mangrove jack).

Le lancer/ramener fonctionne aussi très bien. Canne haute, variez les vitesses de récupérations afin de déclencher les attaques des poissons. Les flancs plats du leurre lui permettent d’avoir une belle présentation lors de la récupération même à faible vitesse. Il vacillera, (wobbling) de façon plus ou moins prononcée, imitant un poisson en fuite. Cette technique est super efficace sur les chasses de bonites mais je me suis aperçu qu’elle fonctionnait très bien dans les mangroves pour attiser l’agressivité des rougets de palétuvier (mangrove jack).



VALETTE Fabrice



20/03/2019

DS Line : une ondulante multi-usages !

DS Line : une ondulante multi-usages !

"L'équilibre est la pierre angulaire de cette cuillère"





Comment passer à côté de cette phrase de Hiramoto concernant cette cuillère ondulante !
Une valeur sûre de ce début de saison !

La DS-Line exige, à elle seule, d'avoir sa page tant sa confection en fait un leurre atypique. Son cambre en forme de S lui assure une nage extrêmement planante même dans les eaux calmes.


D'une épaisseur modérée de 1.2 mm elle se décline en 2 tailles et 3 grammages.
  • 30 mm pour 3 grammes
  • 45 mm pour 5 grammes
  • 45 mm pour 6.5 grammes
Sur sa première face, où sont imprimés les 5 coloris au choix, est gravé un maquillage tel une écaillure de poisson afin de fixer au plus profond la peinture pour une meilleure tenue dans le temps.

coloris 2

coloris 3

coloris 5

coloris 11

coloris 12

Au verso se trouvent des points fluo qui, en plus d'être un signal pour les poissons, s'avèrent être des repères visuels pour le pêcheur.

Par faible luminosité, on ne voit que ça !



Son galbe et ses surfaces creuses, permettent des animations rapides comme des twitchs secs que l'on pourrait appliquer à un poisson nageur et qui aura pour but de désaxer fortement en "zig-zag" la DS-Line, faisant miroiter ses flancs lumineux de gauche à droite.



Un galbe et une épaisseur unique !

Tantôt pour les pêches en amont en la laissant rouler tel une feuille morte que l'on contrôlerait canne haute, tantôt tirée puis lâchée en face de nous, berge opposée, pour finir animée par des coups de scion vers l'aval. Cette ondulante a tout pour plaire aux truites mais pas que !



Pour revenir à son utilisation, elle trouve autant son intérêt en lac de montagne pour de larges prospections de sub surface, que dans de larges rivières à débit faible.

Personnellement, j'utilise également la DS-Line sur des rivières de gabarit petit à moyen, dans des profondeurs comprises entre 0.50 m et 1.50 m en début de saison pour pêcher plus lentement qu'au poisson nageur et profiter des reflets métalliques pour faire bouger nos belles truites.

Pour résumer, la cuillère ondulante est un leurre souvent oublié des pêcheurs mais elle offre d'énormes possibilités d'animations et d'utilisations. la DS-Line par son galbe très particulier est une cuillère passe-partout qui permettra bien souvent de tirer son épingle du jeu lors de journées difficiles.


Les conseils du Guide :

J'utilise souvent la DS-Line de mars à fin avril en pêchant 3/4 amont canne haute en moulinant très doucement pour la faire évoluer proche du fond tel un poisson malmené par le courant. Puis une fois passée devant moi, je rabaisse la canne pour la faire évoluer en dérive aval et je la remonte très doucement en lui infligeant de nombreux petits coups de scion secs.

MASSE Bertrand



04/03/2019

Cherry Blood Deep and Medium Deep

L'ouverture de la truite approche à grands pas, et c'est l'occasion rêvée d'utiliser le Cherry Blood Deep et le Cherry Blood Medium Deep sur des moyennes et grandes rivières.

Un leurre, différentes façons de pêcher...!



A l'ouverture, les eaux sont souvent froides, moins de 7 degrés, les débits élevés et les conditions météos et environnementales font que la truite vie au ralentie et ne s'alimente que très peu.


De ce fait nous allons trouver des truites positionnées plus sur les profondeurs, proches de leurs caches, elles ne se déplaceront que très peu pour chasser leurs proies.

C'est pourquoi j'utilise dans ces conditions si particulières, les Cherry Blood Deep et Medium Deep.




Que l'on choisisse le DEEP ou le Medium Deep (MD), c'est surtout un choix de taille et de modèle pour une profondeur de nage.


  • DEEP 90 : 1m80 à 2m30
  • DEEP 70 : 1m à 1m80
  • MD 90 :     1m à 1m50
  • MD 70 :     0m80 à 1m30

Leurre flottant : très pratique pour le faire dévaler le long de la berge et sous les frondaisons, ou le positionner derrière un rocher pour le mettre en action sur un poste précis.

Leurre bruiteur : réveil avec appétit l'agressivité de nos amies.

Il est doté d'un transfert de masse et d'un transfert de masse et d'un aérodynamisme performant, ce qui permet des lancers précis et lointains.

Sa nage serrée offre une prospection complète jusqu'à des débits de 80m3/s.



Polyvalent à souhait, il peut-être utilisé en pêche amont, ou 3/4 amont ou aval.

LANCER EN AMONT dans la veine d'eau et animé de jerks (ou de twitch, selon la profondeur) bien marqués, il dévale le courant en butant contre les pierres grâce à grande bavette, ce qui lui donne une nage complètement erratique et lui évite de s'accrocher.

LANCER EN 3/4 AMONT, j'attends qu'il se place face à moi et je bride ma ligne, ce qui entraîne un arc vers l'aval et place le leurre face au courant où je le ramène doucement en simple lancer-ramener agrémenté de pauses ou de twitch. Le fort rolling de ce leurre est alors mis en avant par le courant et s'anime de façon naturelle.



LANCER EN AVAL, je bloque la descente du leurre dans le courant en le ramenant dans la veine d'eau, ce qui permet d'atteindre les zones plus calmes derrière un enrochement, et me permet d'insister longuement sur un poste.

Efficace sur tous les carnassiers y compris le brochet.

Par MOSA Marjorie.