26/03/2018

Récit d’une journée de Janvier qui commence mal et qui finit …

Par FORZINI Frédéric

Nous sommes mi janvier, les créneaux météo sont rares, la grisaille et surtout le vent ne nous laissent que de rares moments.

Mon fils Quentin et moi profitons d’une journée ensoleillée.

Très motivés, nous mettons le bateau à l’eau  dans le noir. Nous commençons à naviguer dans l’obscurité et dès le lever du soleil nous faisons nos premiers lancers dans 10 mètres de fond.

Nous essayons toujours d’être stratégiques afin de trouver la bonne solution le plus rapidement possible. En coup du matin, il faut balayer un maximum de terrain. Quentin opte donc pour une pêche en linaire, avec un leurre blanc de 4 pouces. Pour ma part, je choisis également de commencer en linéaire avec une lame vibrante métallique. Après une bonne heure de pêche, et quelques essais de changements de couleurs et de taille aucune touche !!!

Nous espérons que le timide soleil qui pointe va réveiller les poissons. Il n’en est rien, nous décidons donc après avoir fait quelques changements de stratégie (leurres et animations) de prospecter moins profond entre 4 et 6 mètres, afin d’essayer de piquer un brochet.

Au bout d’une heure, je me fais couper au ferrage en 22/100ème par un bec. Même pas le temps de voir si c’était un beau poisson. Il est 10h30, nous décidons de changer de zone de pêche.

 Il y a pas mal de bateaux mais personnes ne semble avoir trouvée la solution.

Je repère à l’écho-sondeur une boule de vif dans 16 mètres et quelques beaux échos autours. Quentin pique rapidement une perche au leurre souple 3“ blanc en verticale. Quant à moi, toujours rien, mon Piglet Shad ne semble pas les intéresser. Pourtant Quentin enchaine les poissons, perches et petits sandres.

Je décide donc de couper la tête de mon Piglet Shad (coloris14) afin de diminuer sa taille.



A partir de là, les poissons réagissent et je parviens à piquet 1 sandre et 2 perches. Au bout d’une heure environ, les touches se font plus rares et je finis par un beau brochet pris du bout du bec en 22/100ème. Ça fait vraiment plaisir.




Il est maintenant 12h30, nous décidons de nous échouer sur une plage pour casser la croûte. Du coup, notre poste est rapidement occupé par deux bateaux qui nous avaient observés. Ils ne prendront pas un seul poisson !

Pendant la petite demi-heure de pause que nous nous autorisons, au moins la moitié des bateaux a déserté le lac.

Nous reprenons la pêche, guidés par notre sondeur, en optant pour des dérives très lentes dans 15 mètres de fond, face au petit vent du nord qui s’est levé.

Les touches sont régulières en verticale pour Quentin qui est toujours sur un leurre de 3“ mais sur un coloris chartreuse. Quant au blanc, il semble bien moins efficace qu’en fin de matinée.

Je coupe donc la tête  d’un Piglet Shad (coloris 12) et en effet ça fait la différence. Nous parvenons à piquer une bonne douzaine de sandres, le plus gros mesure un peu moins de 60cm.



Vers 15h, plus une seule touche. Nous décidons de nous rapprocher du bord afin de pêcher moins profond. Je parviens à faire deux belles perches en linéaire, toujours avec un Piglet Shad raccourci.




Il est maintenant 17h00 et nous n’avons pas pris un seul poisson depuis au moins une heure. Il semble qu’il est temps de nous diriger vers la mis à l’eau.

Ce sont nos derniers lancers. On  se sert du vent pour lancer loin vers la berge. A l’impact avec l’eau, je ferme le pick-up et laisse descendre fil tendu. Et là, petit « tac » à la descente, ferrage dans les règles, très appuyé (vu la distance à laquelle j’ai lancé). C’est du lourd, on dirait bien un très gros sandre. Ça se laisse venir mais c’est très lourd. Les coups de tête confirment tout de même que c’est bien un poisson. Il arrive à l’aplomb du bateau assez facilement. Je commence à pomper modestement, mon 22/100ème est à la limite de la rupture, mais je connais bien mon matériel.

Tout à coup, le poisson s’énerve et me sort une bonne douzaine de mètres. A chaque fois que je le pompe, il me ressort tout le fil que je viens de récupérer. Maintenant, c’est sûr, ce n’est pas un sandre.

On pense alors à un silure ou peut être un brochet ????

Il faudra une bonne dizaine de minutes pour que ma Dragonbait NX4  voit apparaitre un magnifique brochet.

Quand il perce la surface de l’eau, ma première réaction, c’est la crainte de ne pas voir mon Piglet Shad qu’il a englouti. Mon nylon 22/100ème a tenu le coup jusque là ???

 Quentin le rate une première fois à l’épuisette mais la deuxième sera la bonne.




En résumé, une journée qui commençait très mal (capot tous les deux à 11h du matin). Il a fallu chercher la bonne solution à plusieurs reprises. Beaucoup de copains ont fait quasi capot ce jour là et ont jeté l’éponge à midi.

Pourtant, on n’est pas des champions mais on ne s’est pas découragé et on a travaillé en équipe.

Certes, le bouquet final est un gros coup de chance et toutes nos sorties ne finissent pas aussi joyeusement, mais ce beau brochet arrive au terme de nombreux lancers infructueux.

Je conclurais en disant : Si tu te casses la tête, tu es souvent récompensé !!!
FORZINI Frédéric

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire