19/06/2014

Amont ou aval...Part1.

Par Tondeur Olivier


Aujourd'hui nous sommes rentré dans l'air de la technicité des utilisations de nos leurres dur. Ils sont de plus en plus coûteux et sont de plus en plus subtile à utiliser.

Je ne veux surtout pas dire que c'est la fin de la pêche en lancer-ramener. Le bureau d'étude de chez SMITH.Ltd produit des "bijoux" de complexité technique et crée chaque année de nouveaux concepts de fabrications pour notre plus grand plaisir et cela engendre bien évidemment un coût important.

Il n'es pas toujours facile de choisir le bon leurre au bon moment et très souvent il ne peut pêcher l'amont et l'aval en même temps....à part certains...

PURE
www.smith-pro.com/Pure

On peut l'utiliser en lac et réservoir où elle donne son plein rendement dans les animations de lancer-ramener ou en la faisant frémir sur le fond. En rivière elle trouvera sa place dans des pêches plein amont à vitesse moyenne.



ARS
http://www.smith-pro.com/ars-bicolore.html#anchor-ancre01


L'on peut l'utiliser de partout, en rivières en lacs en pêchant amont, aval, 3/4, en face de soit. Petite astuce pour une meilleure utilisation, il est important de la mettre en cation lorsqu'elle touche l'eau, cela vous empêchera d'enrouler votre nylon ou bas de ligne derrière la palette. Plus besoin d'émerillon, puisqu'il est monté d'origine.


AR-HD
http://www.smith-pro.com/smith-ar-hdminnow.html#anchor-ancre01



Ce mélange "cuillère/poisson" n'es pas sans rappeler l'éfficacité des cuillères vaironnées ou autres leurres hybrides. Ici, c'est la technologie des bureau d'études SMITH qui se met à la hauteur des attentes des pêcheurs. Mon expérience avec ce leurre vous donne les choix d'utilisations suivant :
Plein amont ou 3/4 amont pour une pêche rapide ponctuée de twitch courts tous les 4 à 5 tours de manivelle. Mon deuxième choix se porte sur une utilisation toute particulière, celle de faire glisser 3/4 aval le leurre sous les frondaisons ou le courant est assez rapide (aucune animation).


AR-FS
http://www.smith-pro.com/arfs-minnow.html#anchor-ancre01





S'il existe un leurre que je maîtrise aussi bien que le D-contact, c'est bien l'AR-FS. J'ai eu la chance de bénéficier en avant première de la gamme complète tout au long de l'année 2013. Ceci m'a permis en autre de comprendre toutes les suptilitées de ce leurre pas si facile à faire nager. Facile à lancer avec une immersion rapide. Idéal pour la sous-berge d'en face et sur les zones peu profondes. Avantages...il pêche partout aussi en amont qu'en aval.




Fishing dream...

Bonjour à toutes et à tous,

Depuis mon arrivée en tant que partenaire chez SMITH Europe en janvier 2007, je me suis totalement consacré aux techniques associées aux poissons nageurs.
Il est vrai, que SMITH Japan nous gratifie de modèles et séries particulièrement adaptés aux différentes pêches de la truite, que se soit en lacs ou en rivières.

http://www.smith-pro.com/index.html

Faire son travail de guide avec du matériel SMITH cela engendre un coût, surtout lorsque vos parcours sont très encombrés et que la tenue des poissons est sous la frondaison. En fait se sont les arbres qui sont content...Décoration de noël avant l'heurre.

C'est à force de partager avec toute l'équipe de SMITH Japan que j'ai appris une chose très importante...."Il existe toujours un leurre SMITH pour prendre un poisson !"

ce qui a attiré mon intention cette année, c'est la rapidité avec laquelle se met en action la nouvelle conception de Motoyama-san l'AR-S (All Range Spoon).

Des couleurs chatoyantes au service du pêcheur.

Qualité et finitions haut de gamme






Vous pouvez consulter la gamme distibuée en France en cliquant sur le lien suivant :
http://www.smith-pro.com/ars-bicolore.html#anchor-ancre01
http://www.smith-pro.com/50.html#anchor-ancre01

C'est une cuillère d'exception...plus besoin d'émérillon puisqu'il est monté d'origine. La masse de plomb peint est libre sur l'axe. Enfin une "vrai" peinture qui tient très longtemps, ce qui permet au lest de ne pas s'oxyder au bout de quelques heures de pratique. Des bords de palette affûtés, et enfin une série d'hameçons conçue spécialement par Owner à la demande exclusive de Motoyama-san.

Vous l'aurez bien compris...en avoir quelques unes peut bien vous sauver la pêche.

Astuce du Guide :
Lors de vos lancers, qu'ils soient sous la canne, par-dessus, pendulaire, tendus, veillez toujours à prendre contact avec votre AR-S dès qu'elle touche l'eau, car vous allez risquer d'emmêler votre nylon ou bas de ligne derrière la palette. Attention en 3,5g son immerssion est très très rapide et c'est ce qui fait de cette cuillère un atout majeur pour les pêche ultra précise sur de petites zones très rapide.







Tondeur olivier.

11/06/2014

Ouverture en lacs de montagne


Par Laurent Renard


Pêcher dans un cadre grandiose

Comme chaque année, l'ouverture de la pêche en lac d'altitude a lieu le dernier week-end de mai dans les Pyrénées. Cette année, je me retrouvais à l'aube avec l'ami Olivier prêt à en découdre au bord des lacs des montagnes catalanes. Je suis équipé comme d'habitude dans ces circonstances de la Troutin'Spin Multiyouse 80 M, sur laquelle j'utilise un Mitchell Mag Pro Lite. Un ensemble bien équilibré qui a déjà fait ses preuves !


Troutin'Spin Multiyouse 80 M en 5 brins, idéale pour les randonnées, un régal pour pêcher...

Cette année, il fait une température qui frise 0° et le vent glacial nous rappelle que nous sommes bien en montagne.


La première de la journée à l'aube sur D-Contact 72
Comme souvent en montagne, nous aurons droit à quelques averses de neiges, de pluie, mais aussi à quelques passages ensoleillés en fin de journée. La météo varie très vite.
Un torrent de montagne
La journée commence bien : je lance mon D-Contact 72 près de la berge pour commencer ma prospection, et sur les premiers tours de manivelle, une belle arc-en-ciel "souche Bouillouses" se pend. Ces truites se reproduisent naturellement dans certains lacs des Pyrénées-Orientales, d'où cette dénomination même si ces poissons n'ont rien d'endémique...

Une gourmande, D-Contact 72

Peu de temps après, je repère un mouvement d'eau suspect à quelques mètres de moi, toujours très près du bord. Je monte un D-Incite 53, sachant que la zone est très peu profonde : le poisson l'engame, à moins de 10 mètres de moi dans un remous qui laisse présager que c'est une très belle truite. En effet, je l'aperçois rapidement alors que je m'apprête à la saisir : ce poisson dépasse les 55 cm, et je l'estime entre 1,5 et 2 kg.  Malheureusement l'issue du combat me sera défavorable : la truite dans un dernier sursaut se décroche. Dommage !

D-Incite 53 : un leurre incontournable en lac de montagne !

Je rejoins Olivier à ce moment-là, et nous décidons de continuer la prospection d'une zone prometteuse : une anse avec une petite arrivée d'eau. Je sens que nous allons toucher une grosse sur ce secteur et en fais part à mon compagnon de pêche. Nous enchaînons d'ailleurs deux belles truites chacun autour de 35 cm alors que nous sommes côte à côte ! Je lui fais remarquer qu'un poisson est monté en surface sur la berge d'en face, et la vue de son bec puis de sa caudale après le gobage me laisse présager d'un beau poisson. Nous prenons des repères sur la berge opposée afin d'insister sur la zone après l'avoir approché avec délicatesse non sans avoir peigné le reste de la baie.


Vue d'un lac de montagne entouré de conifères
Nous nous attendons à chaque instant à une décharge dans le scion de la canne, mais rien ne se passe. C'est assez étonnant, d'autant plus que nous avons approché le poisson correctement et que le rhododendron qui nous sert de repère n'a pas bougé entre temps ! Après quelques lancers, nous décidons de continuer plus loin afin de ne pas "plomber" la zone.

Cherry Blood LLS, un leurre excellent en lac de montagne
Nous ne le savons pas encore, mais cette décision va être excellente ! Nous voilà repartis à peigner l'eau sur une pointe rocheuse. Ici, rien ne se passe, et un quart d'heure plus tard, nous revenons sur nos pas, encouragés en cela par le nombre de pêcheurs aux alentours, qui se déplacent sans aucune prudence sur la rive et effrayent un grand nombre de poissons sans même s'en rendre compte. Premier lancer au D-Incite 53 : le long du tombant, c'est la touche ! Une magnifique zébrée estimée à 1 kg est mise à l'épuisette par Olivier.


Le D-Incite 53 a encore frappé !


Elle repart rapidement à l'eau après quelques clichés. Il me reste maintenant à démêler les triples de l'épuisette d'Olivier. Ce dernier en profite pour lancer quelques fois et bien lui en prît car il prend lui aussi un superbe poisson qui au millimètre près fait exactement la même taille que le mien. Le plus fort es qu'il prendra ce poisson à quelques mètres de la première, alors que l'on avait touché aucun de ces deux poissons sur la première prospection. Parfois, la pêche ne tient à rien...
D-Contact 50 type 2, un complément intéressant au D-Contact 50 classique
Je profite d'autres lacs pour tester de nouveaux coloris de leurres : D-Contact "Awabi", D-Contact Type 2 un peu plus lourd que le D-Contact classique.

Magnifiques coloris Awabi, qui séduisent autant les truites que les pêcheurs ! 
Les poissons encore engourdis ne réagissent qu'à des animations lentes,  et l'on constate que les pêcheurs ramenant les leurres trop rapidement ne prennent rien autour de nous.


Une très belle truite au D-Contact 63 Type 2
 Nous allons ainsi toucher régulièrement du poisson sur ces animations au ralenti. Notre journée de pêche nous permet de visiter plusieurs lacs, et nous sommes surpris par la taille des névés encore présents sur les lacs les plus élevés.

Gourmande en mode fario !!!



Vers 15 h, l'activité décroit d'un coup, et nous ne toucherons que 2 autres poissons avant d'abandonner les hostilités vers 17 h.



Le D-Incite 53, toujours au top !
 Nous devons encore redescendre et être prêt pour la finale du Top 14 à 21 h à la télévision.


Le D-Contact 85 ne fait pas peur aux truites de 300/400 g !

 Cette journée nous a comblés et c'est avec un grand plaisir que nous avons renoué avec la montagne, ses odeurs, son climat si particulier, ses pentes abruptes... et sa beauté.



Le D-Contact 63 Type 2, un leurre indispensable en lac de montagne


Une ouverture brochet difficile !

Par David PETIT




Voilà maintenant un peu plus d’un mois que l’ouverture du carnassier est passée dans bien des régions et l’heure est au bilan. Si je dois retenir une chose c’est qu’elle fut plutôt déconcertante. En effet cette année les conditions ont étaient bien différentes de 2013. Avec les pluies que nous avons eues fin avril le marais était blanc le jour J, marais blanc signifie que les rivières sont sorties de leur lit et qu’elles empiètent dans les prés. Je vous laisse donc imaginer la scène, des berges en majeures parties sous l’eau est impraticables, une eau très chargée et un courant relativement soutenue. Nous nous retrouvons donc tous entassés sur les quelques parties pêchables ou nous devons cohabiter et avec quelques pêcheurs au vif qui occupent certaines portions le choix est encore plus limité….Nous aurons beau peigner mais les poissons vont voir des grandes quantités de leurres et autres artifices durant cette journée qui vas se solder par un échec.

Il va falloir attendre une bonne semaine avant que le niveau d’eau devienne correct et encore une autre pour que le débit diminue et que l’eau s’éclaircisse. La malchance allant souvent de pair je décroche quasiment à chaque fois les quelques rares brochets que je rencontre. Lorsque les touches sont peu nombreuses on perd au fil du temps de la concentration et lorsque l’attaque intervient  bien souvent nous ne sommes plus aux aguets. Si de plus celle-ci n’est pas franche c’est la recette absolue pour manquer chaque occasion. Heureusement pas toutes et je sortirais un peu de poissons mais c’est tout de même un début de saison laborieux….


Au fil des jours les conditions s’améliorent de plus en plus, l’eau est enfin claire, les alevins de l’année batifolent en surface mais les brochets ne sont pas très actifs. Et pour cause ils ont de la nourriture à profusion, n’ayant que l’embarras du choix ils sont délicats et ne se déplacent pas facilement pour intercepter une proie. Pourquoi dépenser beaucoup d’énergie à se jeter violemment sur un leurre alors qu’il leur suffit de ramasser les poissons blancs morts après la fraie ou d’ouvrir la gueule pour s’emparer d’une poignée d’alevins sans méfiance. J’essaye donc de me rapprocher au mieux de la nourriture du moment et utilise donc du baby buster ou encore du buster V sur des animations minimalistes afin de réussir à en décider quelques-uns.


J’arrive à sortir ainsi des brochets mais rien de très gros pour le moment, la moyenne étant entre 50 et 60cm. Pourtant en général les mois de mai et juin sont propices à la capture de jolis spécimens qui refont le plein de graisse à la sortie de la fraie et viennent  taper violemment dans les grosses bouchées. Mes essais au buster jerk n’ont pourtant rien donné de concret  pour le moment ce début de saison, les poissons touchés ne sont guère plus gros.
 
Les jours se suivent et se ressemblent, je fais le tour de mes spots mais partout le même constat du poisson peu actif, une chasse par ci par là mais rien d’exceptionnel comparé à l’activité des alevins en surface. 


Ils devraient y avoir beaucoup plus de réactions de la part des carnassiers, seule les perches se manifestent régulièrement et n’hésitent pas à venir taper dans du baby buster.


Je dois avouer que pour la première fois de ma vie de pêcheur je commence sérieusement à désespérer. Je n’avais encore jamais rencontré un début de saison aussi difficile et j’enchaine les attaques avortées ou les décrochés alors quand un ami me propose de me montrer un nouveau spot ou il me dis y avoir fait quelques brochets je n’hésite pas je fonce. Après 40mn de marche, eh oui parfois le poisson ça se mérite, nous arrivons sur les lieux et là j’aperçois une surface d’eau immense…ça fait du bien de découvrir un nouveau coin et le spot est superbe .Trés sauvage, des lièvres nous partent dans les bottes, des faisans sauvages et des chevreuils un spectacle magnifique. Seulement le niveau d’eau est encore très haut pour la saison, c’est une zone humide et il ne fait pas encore assez chaud pour permettre une évaporation et au niveau de descendre. Au loin nous apercevons une avancée de terre d’environ 50m de long qui nous nous permettrais de pêcher de chaque côté une infime partie de la surface. Nous décidons d’y aller et de tenter notre chance quitte à avoir fait le déplacement. L’eau est très claire, le fond a une couleur rouge-rosé par endroits, des herbiers et en longeant la berge nous pouvons voir des milliers d’alevins groupés en masse. Je rêve déjà tellement c’est beau. Nous attaquons de façon classique pour commencer, buster et baby buster. Au bout d’une vingtaine de minutes n’ayant pas eu de manifestations de la part de brochet, je garde mon baby buster sur une de mes cannes mais sur casting je change mon buster par le spinnerbait THE PIG de chez CWC. A 20 métres je vois nettement briller les palettes et les couleurs or et rouge de la jupe se marient à merveille avec la couleur du fond. Je commence à peigner les bordures en passant à proximité des boules d’alevins et là au bout de 10mn, a 2m du bord en longeant un herbier j’aperçois un beau reflet et  me prends une cartouche. Je sens tout de suite que c’est un poisson correct à la puissance des coups de tête. L’ayant pris pas très loin du bord le combat seras court, il me met de violente saccades mais mon moulinet casting spoolé en STRIKE WIRE prédator 28/100 vas le sécher rapidement et le voilà au sec.


Nous insisterons en suite et un deuxième brochet vas venir taper dans mon spinner en bordure,  il fait environ une cinquantaine de centimètres et ai donc trop petit pour le gober. En tout cas cela prouve que ce spinner leur plait puisque ce seras les seuls poissons que nous verrons pour cette sortie. En même temps nous n’avons pu exploiter qu’une infime partie de ce magnifique spot et nous comptons bien y retourner une fois que les autres berges seront accessibles, qui sait ce qu’il nous fera découvrir. Deux jours après de retour dans mon marais je décide de réessayer THE PIG sur un spot envahis de nénuphars, au bout d’une dizaine de minutes alors que je passe sur un plateau je ressens un tape mais si brève que je n’ai pas le temps de ferrer et que vois je suivre derrière…un brochet d’environ 65-70cm . Le spinnerbait THE PIG vas-t-il être le leurre de la saison ? Affaire à suivre…


http://www.smith-pro.com/spinnerbaitpig-cwc.html#anchor-ancre01
http://www.smith-pro.com/spinnerbaitpig-cwc.html#anchor-ancre01

Présentation de Tony DELSOUC





DELSOUC Tony, 43 ans, marié, 2 enfants, restaurateur dans le Cantal où je pêche la truite et surtout le carnassier.
Dès mon plus jeune âge, mes deux grands-pères m’amenaient dans les ruisseaux et les nombreux barrages présents dans notre département. J’ai donc évolué et grandi dans le milieu halieutique en utilisant diverses techniques de pêches.

 Ma passion m’a poussé à tenter l’expérience des pêches en compétition, avec mon coéquipier ARRESTIER Damien. Notre choix s’est porté sur le challenge Henri Hermet et la réussite nous a souri.

 Au plaisir d’une rencontre au fil de l’eau et merci à SMITH  EUROPE  pour son soutien.

Présentation de Damien ARRESTIER





Originaire de Mauriac, petite ville du Cantal (15) je suis né en 1978 dans cette région que je n'ai jamais vraiment quitté.
            J'y pratique la pêche depuis mon plus jeune âge. J'ai commencé, comme beaucoup, par la truite dans les petits cours d'eau au «Toc» avec les membres de ma famille.
            J'ai ensuite pratiqué (et pratique encore) la pêche à la mouche sur les magnifiques cours d'eau Auvergnats mais aussi sur des rivières plus importantes comme la Dordogne.
            Truites et ombres ont égayés tout mon temps libre pendant des années jusqu'à l'achat de mon premier bateau et la découverte de la pêche aux leurres.
La présence de nombreuses retenues hydroélectriques, très proches de mon domicile, me donnait la possibilité de pêcher dans des lieux fantastiques et poissonneux.....cocktail détonnant pour devenir très vite accrocs....
            Les différentes espèces de poissons présents dans nos lacs cantaliens (brochets ,sandres, perches.....)  donnaient la possibilité d'utiliser de nombreuses techniques  et rendaient la pêche encore plus intéressante et variée.
            C'est aujourd'hui cette multitude de techniques mais aussi la passion du matériel qui me font aimer la quête des carnassiers aux leurres.

            La pêche fut donc pour moi d'abord uniquement un loisir et surtout un partage de bon temps et d'expérience entre copains….

            Puis l'envie de découvrir de nouveaux spots de nouvelles techniques, de progresser encore m'a amener à la pratique de la compétition....

            Engagés sur le challenge Henry Hermet depuis maintenant 3 ans, avec mon partenaire Tony Delsouc, nous avons eu le bonheur de terminer deux années consécutives sur la troisième marche du podium de cette compétition.

 Nous  serons de nouveau cette année engagés sur cette compétition avec une petite nouveauté.....nous serons fiers d'y représenter  Smith Europe.....en espérant faire encore mieux que les années précédentes.

Par cette présentation je salut tous les membres et lecteurs du Blog et espère pouvoir vous intéresser avec de belles histoires de pêche.....et peut être vous rencontrer au bord de l'eau.....

                                                                                                          Damien