03/05/2014

The "D" power.

Bonjour à toutes et à tous,

  Depuis de nombreuses années, mon ami Alban REGNOULT passe toujours quelques jours à la maison avant de rejoindre Gafsele (voir lien ci-dessous) en Laponie Suédoise : le Royaume du brochet... et bien d'autres choses à Lappland Pro Natur.
http://alban-regnoult.com/language/fr/blog/

  C'est chaque année l'occasion de lui faire découvrir les précieux délices de notre gastromie Rhône-Alpines et de notre savoir-faire en matière de culture viticole. En bref...le garçon passe prendre quelques kilos avant de rejoindre la Suède.

  Mais rassurez-vous...la pêche fait partie aussi de ces quelques jours (en famille). Alban désirait connaître toutes les ficelles et astuces du maniement des séries "D" chez SMITH, et en particulier celles de mon chouchou le "D-contact 50".

Alors direction ALBARINE...
Accueil au top à l'office de Tourisme de St Rambert.


  Après s'être acquitté de la carte de pêche hebdomadaire et un topo gastronomique sur la recette du "ramequin", nous ne faisons que quelques mètres avant d'éffectuer le premier lancé. Cette semaine sera consacrée exclusivement à la pratique technique du "D-contact 50".
  Premier impact du leurre à ras le mur...premier levé de canne et touche pour Alban. Même pas eu le temps de lui expliquer la dérive aval entre le mur et le bloc de roche.

  Je décide alors de prendre sa canne pour lui montrer la dérive technique à faire sur ce spot bien précis. Il faut dire que je lui prête aussi un matériel au top, une canne IBXX 56 MT.
Avec une ligne de 4lbs c'est parfait
http://smith.jp/product/trout/ibxx/ibxx.html

  Dérive canne haute entre ce fameux mur et ces gros bloc rocheux... accompagnement du leurre sans tension sur le bas de ligne... petits coups de poignet (tremblements léger) et touche pour moi. J'y crois pas ça commence trop bien. C'est tant mieux pour Alban comme ça il ne sera pas dépaysé de Lappland Pro Natur... Là-bas c'est 2 lancers pour 1 truite (enfin... presque tout le temps)... C'est bien la première fois que je vois Alban rester la bouche ouverte. "Alors là Olive tu m'as bluffé"

  Les touches se suivent mais les décroches aussi. Plus la montre tourne et plus les poissons sont petits. Changement de cap immédiat, direction "la grange à guy" ou de multiples spots se profilent pour nous : des chutes, du fond, des rapides, des plats, des zones de roches... Le paradis pour tous ceux qui aiment découvrir les actions complexes d'un leurre.
Tout se passe à merveille quand soudain j'entend "Hey Olive !!" je me retourne ...c'est mon ami Benjamin (garde et technicien de l'Albarine)... et là... c'est la cata... mon contact a pris "contact" avec le fond à moins de 4 mètres de la berge.
Flûte...un mec c'est noyé ou quoi ??
Merci mon "banban"
  La journée se finit par quelques truites modestes mais sans plus, et puis il fait presque nuit noire et il est seulement 18h00. On rentre avant de prendre un orage sur la tête. Surtout que dans la vallée quand ça tombe, et bien ça tombe !

  Purée... j'ai mal au dos... encore et encore, sa sent bien la pluie tout ça. Je propose donc à Alban une petite balade dans les bois pour huiler la mécanique de "tonton". En prévision d'un coup du soir et d'une rentrée tardive un petit bouquet de fleurs fera très plaisir à ma femme.
Ca va aller très vite, on marche dessus...
  Je vois dans le regard d'Alban une certaine tristesse de ne pas fréquenter les bords de la rivière. Après un remède dont j'ai le secret je lui propose de passer 2 heures sur la rivière afin de lui faire découvrir le maniement du contact en mode "jigging". Ca va lui faire tout drôle de passer de plus de 500gr à moins de 5gr. J'en rigole déjà.
Pour faire évoluer son leurre dans les roches à vue il s'aperçoit de suite qu'il faut une certaine dextérité, de la souplesse dans la main et une conduite de ligne irréprochable. Le nombre de prises se fait à cet instant. Une très bonne connaissance du terrain et du matériel.
Sans waders...toujours !
  C'est une technique à ne pas conseiller pour tous ceux qui ont des problèmes cardiaque. Concentration à l'extrême...observations...approches...ça paye !





  Voici une petite coupure avec quelques photos des paysages et spots de pêche avant le rush final de la journée de dingue qui nous est arrivée.

Direction l'échelle secrète.

T'as pas l'impression qu'il y 2 mètres d'eau ??

Rapidité et précision...la clef du succès sur ce parcours

Là c'est secret...

  Il fait beau, la rivière à pris 200 litres, les anneaux sont néttoyés, la tresse pulvérisée.... ça va être chaud... c'est notre dernier jour avant les visites du patrimoine.

  The "D" power arrive. Je propose à Alban de prendre sur nous seulement 4 couleurs de D-contact 50. L'eau est très claire, alors on va jouer sur la rapidité d'attaque de la truite. Une journée sur le thème de suprise partie.
T'as l'oeil "coco" !

T'as de belles joues tu sais !
  Je décide d'abandonner Alban, il faut bien qu'il apprenne un peu tout seul... quand tout à coup j'attend crier un Mexicain !! "El tuirte del luchador de catch" debleu c'est quoi ça ??


  Après cette bonne partie de rigolade ont remet les vestes, le vent se lève et le froid tombe très vite. Direction Chaley et le spot aux mille truites. Vue les conditions je suis certain de ma stratégie, je loupe rarement mon coup. Là-bas il faut être très très discret et pêcher le plus amont possible. On se rend vite compte de l'utilité de la tresse en 4lbs quand il faut ferrer des truites à plus de 20 mètres avec des leurres de moins de 5gr. Elles sont comme des folles... ça bouge partout. Toutes les couleurs y passent et la carte mémoire de l'appreil photo se remplie très vite. C'est bon ça ! Je suis heureux pour Alban il s'éclate à merveille.
Punaise ça fait mal au genoux...

C'est clair que c'est clair...!

Fais attention à tes pieds tu es sur la route mon poulet !
  La discrétion est de mise et c'est bien normal, vu la pression de pêche très importante et la clarté de l'eau. Ne parlons même pas du manque de discrétion des autres pêcheurs qui font plus fuir les poissons que de les pêcher. C'est aussi pour cela que je n'utilise que très peu les waders sur ces parcours dit "sensibles".
  Le D-contact 50 est une leurre incontournable pour la pêche de la truite et je dirais même peu importe la couleur tant que tu sais lancer avec précision et manier ton leurre avec dextérité.
Alban aime les coloris flashy et fluo, il aura autant de succès avec un coloris rose que jaune !
Nous aussi on garde les truites...mais seulement en photo.

En pleine modification de robe.

Du fluo pour Alban. En eau claire... je vous assure c'est top.

Et un doublé ! Un !! OMG !!!

Il faut racler le fond et passer au plus près de leur cache.

Pas de pitié... en pleine remonté du seuil pour une attaque surprise.

Ma couleur préférée..."Olive"...mdr

Une photo et ça repart aussitôt.

Prise au bord des lèvres.



Le violet ça plait...

"Tonton" et sa chemise de....
  Mais l'esprit SMITH ce n'es pas que l'amitié entre nous et le respect du poisson c'est aussi son slogan de protection du milieu naturel "We Aim To Please Mother Nature".
Un coucou d'echdyo..

Une grande perle de l'Albarine.

C'est sacrément beau la nature !

Une March Brown.

  Voilà c'est la fin de cette belle campagne de pêche avec mon ami Alban REGNOULT. La prochaine fois c'est en Suède que nous allons nous rencontrer et j'ai hâte d'y être. J'espère que ce petit papier vous donnera envie de venir me rejoindre sur cette belle rivière de l'Albarine.

Tondeur Olivier.