06/05/2014

Mon ouverture pêche en Kayak !


Par Cédrick CHAUSSARD






C'est sous les pluies discrètes et non moins abondantes du Finistère que se terminait ma saison de pêche 2013. Comme toutes trêves, celle d’après paraît toujours plus longue que celle d'avant, ce ne sont pas nos amis les poissons qui s'en plaindront, mais pour les passionnés que nous sommes, cela s’apparente un peu à de la torture.

Qu'a cela ne tienne, l'hiver est aussi fait pour réviser le matos, faire le tri dans les boites jamais assez pleines, faire des projets de sorties qu'on n'arrive jamais à honorer totalement, faire trembler son porte-monnaie à la vue des dernières collections qui arborent les nouveautés de l'année et que l'on souhaiterait acquérir.

Ça y est : l'heure de la reprise a sonnée, et c'est par la truite que je décide d'ouvrir ma saison, à cela rien d’extraordinaire, sauf que pour la première, mon ouverture de saison pêche en kayak se fera sur le Lac de Saint Michel à Brenilis.


 A cette occasion, ce seront les copains du club de pêche Ra.P.A.La.* (*Rassemblement des Pécheurs Amateurs de Landerneau), dont je fais partie, qui se chargeront d'organiser cette ouverture Pêche en Kayak en Fresh water (ça c'est des supers copains). Au programme de cette journée, truite arc-en ciel, dont les plus gros spécimens peuvent atteindre les 8 kgs, le tout en ultra light.


Joli spécimen d'Arc en Ciel de 73 cm pour 6,5kgs, péché par Jimmy quelques jours auparavant  en finesse.

Tout le barda est chargé sur et dans la voiture, le temps de se retrouvé chez un autre copain ou on attellera le bateau rouge, qui servira à Jimmy, Pascal Brannelec le président du club et Marc, de faire la route qui paraît être interminable et nous voilà sur le parking en train de déballer notre attirail.


 Il est environ 10h30, le début de journée est un peu couvert mais on reste confiant. Pour la circonstance, j'ai sorti mon inséparable Bayliner CF 3/10 gr couplé à un Shimano Rarénium garni de tresse en 6/°° .
Bay Liner CF 66M
 
Ma Paddlist est là, sait-on jamais qu'il y ait besoin d'un peu plus de puissance, elle ne sera pas loin. 

Paddlist 67L - 7/22gr

Nous voilà donc tous sur l'eau et nous commençons à chercher les dames Arc-en-Ciel.
Pascal me donne quelques instructions quant aux endroits où me placer et pour cause, il connaît assez bien la zone et ne semble pas être le seul au regard des pécheurs présent en bateaux, float tube et à pied.

Quelques truites sautent, certaines se font prendre, d'autres narguent les pêcheurs. Jimmy arrive à en prendre une, il enchaîne les touches, je suis à la cuillère tournante et pas un contact.

Je décide de changer de poste et de leurre, je vais alterner sur 2 poissons nageurs :


Panish 55sp coloris 24
 
Wavy S65 coloris 83

On peut utiliser le panish 55sp en linéaire à une vitesse assez rapide, mais l'utilisation dans laquelle il excelle est le twitching et jerking. Sur des poissons actifs, il permettra de fixer leur agressivité par sa nage erratique. Il ne faut pas hésiter à accélérer sa récupération après le twitch/jerk ou à lui faire faire un stop and go.

Pour ce qui est du Wavy S65, c'est encore plus simple, il accepte toutes les animations, il ne vous restera donc qu'à trouver ce qui correspond le mieux à vos attentes. Il a cependant une qualité très appréciée de nombreux pécheurs : sa bavette faiblement inclinée et évasée vers l'avant lui donne une nage très serrée et rapide. Il n'ira pas non plus chercher le fond. Vous choisirez sa hauteur d’évolution en le laissant simplement couler plus ou moins longtemps en statique.

Les truites commencent à s'activer très sérieusement, j'ai trouvé mon poste, et les touches s'enchainent  pendant une heure et demie, un véritable bonheur de sensations sur un montage fin. Le calibre oscille entre 50 et 60 cm pour 2/3kgs.

 
Le temps de faire une photo, de remettre le poisson à l'eau et de relancer, vous avez une nouvelle touche, mais elles savent se défendre et il faut user de patience et de finesse quand elles font leur chandelle.

 
Les truites en ont marres et décident de bouder nos leurres, nous ferons comme elles et iront nous restaurer sur l'aire assez vaste du parking du Lac.

Après un contrôle en bon et due forme par le garde pêche, tout le monde s'installe et on débriefe sur les premières impressions. Jimmy en profitera pour m’emprunter un Wavy S65 colorie 83 qui lui vaudra de belles prises dans l’après-midi.

 C'est ça aussi la pêche, un moment de partage avec les copains dans un petit coin de paradis.
 
Il est temps de repartir et nous décidons de changer de coin pour voir d'un peu plus près les postes que nous offrent les 300 hectares du Lac. Le temps s'est bien découvert et nous offre un somptueux paysage que je prendrai le temps d'admirer. Pour autant nous n'oublions pas de pécher et de discuter en même temps sur les aspects techniques afin d'aborder ce bel endroit.

 Pur moment de plénitude dans un cadre aussi splendide.

N'ayant eu aucune touche, nous décidons encore de bouger et d'aller explorer les abords du barrage, mes 3 compères du bateau rouge s'en donnent à cœur joie de chambrer pendant que je pagaie à côté d'eux.

 
Nous arrivons sur un poste que Pascal connaît, il m'indique une zone inintéressante à essayer ou paraît-il, il y aurait du brochet. Seulement les truites passent aussi par là et c'est ce que nous sommes venus chercher après tout. Je reste sur mon combo du matin avec la Bayliner et le Panish. Je lance mon leurre juste sous une souche, je commence ma récupération et je sens quelque chose de lourd, instinctivement je ferre, et c'est un joli brochet de 70  peu combatif qui est mis au sec. Il n'a pas hésité à croquer mon petit bout de leurre de 5 cm. Après avoir pris quelques photos, je le remets délicatement à l'eau sans tarder, vu les entailles profondes qu'il possède sur le dos, la période de fraie doit lui coûter physiologiquement.


Pendant ce temps Pascal, Jimmy et Marc vaccineront quelques truites histoire de ne pas perdre le rythme, Jimmy ne voudra d'ailleurs plus me rendre le Wavy que je lui ai prêté et ne péchera quasiment qu'avec ce dernier durant le reste de la journée.

Nous balaierons ainsi toute une zone sans grand succès pendant environ 2 heures. Le vent se lève, nous décidons de revenir dans la zone du matin, et c'est à mon tour de rigoler. Le moteur électrique propulsant le bateau rouge n'arrive plus à étaler avec le clapot, le vent de face et les poids lourds du bord. Ils finiront par sortir les rames en complément du moteur pour avancer pendant que ma sardine de course fait des allers et venues à côté d'eux.

 Ça fait quoi de se faire gratter par un kayak les gars ?

Après ce bon moment de gaieté, nous nous répartissons de nouveau sur notre zone, les truites se mettent à sauter .Même si ce ne sont que des Arc-en Ciel, c'est un superbe spectacle de les voir se nourrir ainsi et elles méritent le même respect que leur congénère sauvage.
Jimmy nous fera un festival avec le Wavy, j’enchaînerai un grand moment de solitude sans touches et avec des décroché au bord du kayak, je profiterai de ce moment à vide pour faire nager tous les leurres de ma boite, qui me vaudront quelques attaques.

 
Notre journée se termine, nous rentrons vers le parking avec ce goût d'inachevé, pas grave, la prochaine sera encore meilleure.

 
Une dernière petite mousse avant de rentrer dans nos chaumières, le soleil nous gratifiera d'un superbe couché tout en couleur. Quoi de mieux pour finir une journée placée sous les signes de l'amitié, du partage et de la passion ?

 
A bientôt 
Cédrick Chaussard