02/04/2014

VAPRAX à la sauce tropicale !

Par PEREZ Aurélien



De retour de 5 semaines de guidage en kayak et en bivouac sur la wild coast du Panama, j’ai pu enfin essayer (et faire essayer !!) le nouveau Vaprax.

Vaprax côté pacifique

Je ne reviendrais pas sur l’animation ou la description du leurre et son utilisation pour le bar, ça a déjà été très bien fait dans des articles précédents ou encore le catalogue SMITH !





Des courants d’eau froide ont amené une quantité de sardines impressionnante près des côtes, avec quelques journées de « grosse » frénésie sur les carangues et les coqs principalement, mais en dehors de ces journées il fallait aller chercher le poisson sous la surface, et naturellement je me suis tourné sur la version sinking du Vaprax. Il faut bien l’avouer, le Vaprax a d’abord paru au fond de ma boite un peu gringalet entre les leurres que j’utilise en kayak ou en bateau. 

Pour les premiers essais, je m’en suis donc principalement servi pour faire des vifs, comme des bonites et des petites carangues, prises dans les nombreuses chasses que l’on rencontre par ici. Ce leurre se faisait prendre à chaque lancé qui tombait dans la chasse. Il est très agréable à manier avec une canne 15/20lbs.

Jusqu’au jour ou…

Je cherchais un leurre alternatif pour un client américain, qui se faisait suivre, effleurer, voire caresser l’ensemble de ses poppers et autres sticks par des hordes de coqs, sans arriver à en ferrer un seul. Impossible de déclencher une attaque franche… On a tout essayé…

 Je lui prête donc, dans un dernier espoir ma canne à vif montée avec  un Vaprax sinking (couleur jaune/blanc/ventre orange). Le maniement du leurre rapidement acquis, il pêchera en cette fin d’après midi là 2 coqs de 6/8 kg !! Oh my god !!

Autant dire que dès que j’ai réussi à lui reprendre à la fin de son séjour, (c’est qu’il voulait plus le lâcher !) j’ai commencé à regarder le gringalet autrement… Et à l’utiliser en dehors de son rôle de pêcheur de vifs…

Carangue Pompano

Je l’ai donc essayé près des côtes, en le laissant couler à différentes profondeurs. Il a très bien fonctionné entre 50 cm et la surface, avec des petites accélérations qui le faisaient nager juste sous la surface.
Beaucoup de carangues caninus, quelques surprises comme cette pompano, des coqs et quelques petits thons jaunes, sur les chasses.

Petit coq panaméen


Carangue caninus, la plus représentée
Jusqu’au jour ou…
Je lance sur une pointe de roche à la vue d’un remous, et sans avoir vu le poisson. A peine le leurre commençait à descendre, sans même avoir commencé à l’animer que c’est la touche, violente, coups de tête et gros rush vers le large, là ya du sérieux !!! Près d’une demi heure de combat (et oui j’étais en 15 lbs !!) et c’est un coq monstrueux qui arrive au bateau, il sera estimé à plus de 30 kg !!

 Masta coq !

Et c’est comme ça que le Vaprax a pris une bonne place dans ma boite à leurre, entre les Baby Runbow, les A cup et autre Tobiika…

Jusqu’au jour ou…
Après des journées entières de bons et loyaux services, et oui, tous ces poissons avec le même leurre ! (qualité du revêtement et armement au top) le Vaprax s’en est allé dans les profondeurs du pacifique  après qu’une orphie géante ne me coupe le bas de ligne…adieu l’ami, et merci.

Je repars début avril pour 8 semaines en immersion sur la wild coast, ça me permettra de tester la version flottante !! Je vous ferai bien sûr parvenir les photos à mon retour, début juin…


Aurélien
Guide de pêche au Panama
Son site : anglerforever.com