18/04/2014

Head water fishing

Par Tondeur olivier


De plus en plus, je me spécialise sur les différentes techniques de pêche de la truite tout au long de la saison et plus particulièrement celles qui concernent l'utilisation de poissons nageurs.

Depuis plusieurs semaines les pluies se font rares et c'est le moment que j'ai choisit pour affiner ma technique de pêche en mode d'étiage dans un environnement encombré.

Une belle cascade pour unpeu de fraîcheur.

Rivière typique pour des pêche de rêve.


Mon département regorge de petits affluents situés en plein milieu de massifs montagneux passant à travers de très belles forêts de feuillus ou résineux.

Pour vous situer un peu cette pêche très particulière vous la retrouverez sous le nom "headwater". Elle fait partie d'une grande philosophie de pêche au pays du soleil levant.



Au coeur de la forêt là...ou le téléphone ne passe pas.


Pour pratiquer la pêche aux leurres en tête de bassin il faut savoir s'équiper léger et être éfficace. Malgré les eaux froides, je porte toujours une très bonne paire de chaussures de randonnée étanche, une paire de guêtres de très bonne facture, ainsi qu'un pantalon de trekking. Bien évidemment, il ne faut pas oublier des affaires de rechanges dans son véhicule.





Question poissons nageurs, seuls les modèles sinking sont utilisés comme le D-contact 50 et 63 ainsi que le D-compact. Les postes de pêche sont très souvent de petites ou grandes vasques au courant de surface très puissant et c'est pourquoi il faut aller les chercher en profondeur et très rapidement. Ici c'est plutôt "jigging" que "lancer-ramener".

Une petite série AR-FS

OMG


Tous mes leurres sont équipés en hameçons simple pour faciliter les passages difficiles sous les têtes de roches et les nombreux arbres mort souvent recouvert d'une couche de tuffe. Quelques fois je rajoute soit 2 tours de fil de plomb ou une pastille tungstène que j'enroule autour du haut de la hampe de l'hameçon situé en tête du leurre, ce qui permet de moins emmêler le système d'accroche lors des passages dans les zones de turbulences des grandes vasques.



Dans ces conditions j'effectue toujours une pêche aval pour une dérive du leurre beaucoup plus précise. Très souvent c'est le premier passage qui paye. Si vous décrochez une truite il ne vous reste qu'une seule solution...changer de poste.

Question matériel je reste fidèle à mon ensembleInterboron IBXX 56 MT équipé d'une tresse en 4lbs. Par contre je monte un bas de ligne de 3 brasses (+ ou - 5 mètres) en fluorocarbone de 6lbs pour limiter l'arrasement du nylon lors des passages sous les blocs rocheux et sur les couches de tuffe. La vitesse du courant limitant ainsi la visibilté de la truite.

Courant très rapide à l'entrée des vasques.


  Avant de vous aventurer dans ces milieux très peu pêché à cause de leurs technicitées, veillez que votre réseau de téléphone soit parfait, n'oubliez pas de l'eau et quelques barres de céréales. Quand vous faites des marches avec des pentes à plus de 30% il faut savoir se ménager.

J'espère que ce post vous insiteras à découvrir de nouvelles zones de pêches par chez vous et que vous prendrez un grand plaisir à capturer de belles truites aux comportements bien sauvage.





A très bientôt.