25/03/2014

Mon année 2013 sur le bar

Par Thomas Magneau




L’année 2013 s’est avérée plutôt  productive malgré un début de saison assez difficile. Fort heureusement  j’ai réussi à sortir mon épingle du jeu en provoquant des attaques réflexes avec de petits leurres.

 Plus tard dans la saison, les conditions ce sont améliorées et les poissons étaient en moyenne plus actifs et les beaux poissons particulièrement réceptifs aux leurres proposés. J’ai d’ailleurs pu partager ces bons moments avec William (représentant Nord-Ouest) lors d’une belle soirée d’été avec des pêches toutes en finesse ! Plaisir garanti, vous allez voir !!! 

Dans ce petit report, Je tenais à  vous parler des leurres que j’ai utilisé dans des conditions bien particulières que vous pourrez rencontrer près de chez vous.
Nous allons rentrez tout de suite dans le vif du sujet !



Avec l’arrivé des sprats en début de saison sur les côtes de ma région, l’emploi de petits leurres était primordiale…

Commençons par  mon Leurre dur favoris : Le Wavy
 
coloris 07
 D’apparence, simpliste mais il est très polyvalent.
Tout d’abords, il se lance très bien et permet d’atteindre des postes difficiles  d’approche, par exemple une tête de roche fracassée par de nombreuses  déferlantes, ou des poissons méfiants postés dans les eaux peu profondes et très claires !

 De sa conception « slow sinking » (coulant lent), il permet de prospecter de nombreuses couches d’eaux ! Un vrai 4x4 puisqu’il  accepte toutes les vitesses de récupération ce qui permet de lui imprimer un large choix de nage.

Lors des animations en twitching (coup de scion), il produit écarts latéraux très importants.  Ce qui émet nombreux éclats lumineux, notamment avec le coloris 07
Cette animation m’a permis de déclencher la majorité des attaques !


Bar en contre-jour aux abords d’une tête de roche dans 8 m d’eau

Si les poissons sont plus réticents, j’opte à l’animation « stop  and go » afin de produire plus de vibration et de faire claquer les billes plus fort : animation suivis de pauses plus longues.
J’ai remarqué après cette animation que les poissons n’hésitaient pas à monter de 8-10m dans la couche d’eau pour ce saisir de ce petit leurre !! Impressionnant !! 

Le linéaire, ce n’est pas mon animation préféré avec ce leurre mais elle permet de situer le poisson rapidement. Si je devais avoir qu’un seul leurre dur dans ma boite, ce serai celui-ci !
Je conseil de varier les animations, afin de provoquer les poissons et de sélectionner celle qui déclenche le plus d’attaques !

Cependant les bonnes conditions n’étaient pas toujours au rendez-vous….
Coreman Alkali’s : la référence quand c’est « Hard »

Lorsque les conditions sont vraiment exécrables, faible coeff, eaux très teintées ou/et poissons peu actifs, j’arme systématiquement  un alkali muni d’une Power Head, il est devenu une référence dans ces  genres de situations

Premièrement le shad


Pour moi l’un des leurres le plus vibratile du marché dans sa taille.
Ce leurre à un rolling très important, ce qui permet aux paillettes d’envoyer  de nombreux éclats dans l’eau, ce qui imite parfaitement le comportement d’un petit poisson !
Croyez moi que les prédateurs n’en restent pas indifférents !


Bar pris en animation lente à l’Alkali 01, dans une eau trouble après un coup de vent, dans 6m d’eau
Très efficace en linéaire et à la volée, il est encore meilleur  animé lentement sur le fond.
Mes choix de coloris favoris:
01 lorsque les eaux sont très teintées
02 sur les bancs de sprat et éperlan
03 pour imité les poissons bleus (sardines, petits maquereaux)

Ensuite la version  pintail


J’aime particulièrement l’animé dans des secteurs peu profond, (parcs à huitres, plages et  bancs de sable parsemés de blocs rocheux)
La vitesse d’animation dépendra de l’activité des poissons. La technique quant à elle consiste à pêcher canne haute du style pêche à la volée. A ce sujet j’utilise la Paddlist et la bay liner cf qui font « le job » à merveille et quel plaisir durant le combat!
Pour en revenir au leurre, équipé  d’une micro caudale, il restera toujours  en vibration dans le courant, même durant les phases d’arrêt ou de descente : c’est un vrai plus !
Dans cette version le coloris
05 est top quand les bars chassent les crevettes

Le 04 pour imiter un jeune lançon

Et les 15 et 07 lorsqu’il faut déclencher l’agressivité des poissons avec des coloris flashy !!


Bar avec une robe très claire, pris sur une plage alors qu’il chassait les crevettes. L’arme : Alkali col 05 : Il n’y a pas de hasard !!

Et pour conclure la PowerHead
  Je monte les alkali avec les têtes Power head, de type darting (avec des encoches sur le côté), ce qui  permet d’effectuer des écarts très importants et mettre en évidence l’aspect pailleté des leurres.  Parfois je monte le leurre coté plats vers le bas pour bénéficier d’une nage plus planante à la descente !
A noter que ces têtes sont armées d’hameçon Gamakatsu extrêmement piquant et bénéficiant d’un traitement « saltwater » !

Le jerkminnow 
Jerkminnow - Coloris Baby Elf
Un bon leurre pour la pêche à la volée lorsque les poissons sont vraiment actifs,
Grace à sa robustesse, il m’a permis d’enchainer des poissons rapidement sans être obligé de le changer à cause d’une déchirure. Cela me fait gagner du temps de pêche : C’est primordial lors des périodes d’euphories parfois très courtes notamment en compétition.
Son attractant à base d’huile de poisson d’une subtile odeur assure une bonne prise en bouche, ce qui me donne du temps pour ferrer efficacement.  

A noter qu’il a une section légèrement aplati au niveau du ventre, combinée à une tête PowerHead, cela procure une nage très erratique et un effet planage très important ! le top !

Jerkminnow animé canne haute avec une paddlist : du pur bonheur !

Les coloris orca, olive et baby elf ont eu un franc succès !
Jerkminnow - coloris Olive
 
Jerkminnow - coloris Orca

Sans compter la tresse gosen x sw parfaitement silencieuse, durant les animations rapides !


 Le cherry blood LLS 70 : la petite friandise

Petit lipless avant tout destiné aux grands salmonidés m’a donné de bons résultats  sur le bar dans les petits estuaires vendéens. C’est une bonne alternative lorsque les bars ne veulent pas attaquer en surface !
Postes de prédilection : le long des tables à huitres ou au pourtour d’un bloc rocheux à proximité d’une veine de courant.
J’aime aussi l’utiliser sur les pêches à vue, dans l’esprit de la pêche à la surprise telle que l’on pratique pour le chevesne par exemple.
La technique consiste à lancer le leurre sur le côté du poisson visé : l’impact du leurre va attirer l’attention du poisson. Le leurre va travailler tout seul lors de la descente en oscillant sur lui-même et projeter des éclats lumineux dans l’eau. C’est ce qu’on appelle « falling ». Le tout en dévalant légèrement dans le courant : c’est mortel !!

Le crépuscule  est un moment clé pour déclencher des attaques près de la surface

Les sardines et les anchois sont là, on sort les McArthy 4 et 5’’
Paddletail : naturellement shad

Paddletail coloris baby elf

Les gros poissons ce sont montrés particulièrement réceptifs vis-à-vis de ce leurre, surtout quand les sardines et les anchois étaient bien présents
Sur le catalogue il est d’apparence banal voir très simpliste.
En réalité,  c’est un assemblement de matières et de densités parfaitement ingénieux  En effet ce leurre bénéficie d’une robustesse face aux déchirures provoquées durant le combat et d’une souplesse vitale pour vibrer durant les pêches lente


Un magnifique poisson séduit par les vibrations naturelles du Paddletail - McArthy
Avec une caudale plus effilée et orientée  à 60° le paddletail vibre plus subtilement et plus naturellement que les autres shads du marché. . C’est le leurre à spécimens par excellence !
 Du coup il  fait la différence lorsque les poissons sont soumis à une importante pression de pêche avec des shads à très fortes vibrations. (Ex le golfe du Morbihan)
Au même titre que les leurres durs silencieux et les leurres à sonorité de billes très fortes!!


Le paddle tail est devenu le leurre star de ma boite à leurre !!! Photo de mon ami MAX devenu adepte de ce leurre

William dans ses œuvres au Paddle tail

Le flashJ Shad : Du réalisme pour les eaux claires

flash J Shad # 04

Avant toutes choses, quand il y a des eaux claires je double ma longueur de fluorocarbone, ainsi il m’arrive d’utilisé jusqu’à 5mètres  de GAMMA  0.25mm.
C’est une petite merveille de réalisme, (sur ce point les concepteurs FishArrow ont mis la barre très haute !) et c’est vraiment un  atout sur des poissons difficiles en eaux claires !
Comme son nom l’indique ce leurre scintille beaucoup dans l’eau, ce qui lui permet d’être localisé de très loin par les bars lorsqu’ils chassent à vue !
Cet effet flash d’écailles est l’œuvre de deux petites feuilles holographiques incrustées au niveau du ventre. 

Cela en fait aussi un point d’attaque stratégique pour les prédateurs car c’est la  partie où se situent les organes vitaux. Le comble c’est que l’hameçon est positionné juste au-dessus !!!
Pour ce qui est des animations, j’utilise la version Split sur les pêches à la volée. Avec son corps plus effilé et plus souple que l’originale, c’est un leurre très versatile et très planant.

Flash J Split # 04

La nouvelle version Huddle est idéale pour la prospection linéaire ou en pêche lente sur le fond. Il nage à très faible vitesse, le moindre petit courant suffit à le faire nager. Idéal pour leurrer les poissons postés dans les failles rocheuses.

Flash J Huddle # 06
 
Le shad quand à lui est la version 4X4 par excellence. Armé d’une Power Head, il permet  de pêcher  en linéaire et à la volée avec une phase de descente plus ralenti et plus vibratile, idéale sur des poissons moins actifs et plus difficiles. La taille 5’’ munis d’un énorme caudale, est idéal pour la traction !


J’ai eu aussi de bons résultats lorsque les bars s’alimentent dans les brisants !
La technique consistait à faire évoluer le leurre au pied de la roche  et d’utilisé la force de la houle, pour le faire partir sous la dalle rocheuse !
L’animation est très simple voire inexistante puisque la caudale travaille toute seule !
Il suffit juste de rester en légère  tension avec votre le flashJ et d’effectuer quelques relâchés lorsque la vague l’emporte de façon à ce qui passe devant la gueule des poissons à l’affut
 Le secret réside dans le bon choix de la plombé : assez forte pour évoluer au-dessus des roches, tout en étant assez légère pour planer et partir sous la roche.
Bien entendu une très bonne connaissance topographie du poste est indispensable !





Video d’une soirée partagée avec William sur les côtes vendéennes:

J’espère que cela vous aidera à vous orienter dans le choix de vos leurres pour vos futures session !


Tom