26/07/2013

Rivières de l'Ouest américain Saison 2 Episode 1

Par Laurent Renard


Truite Cutthroat souche "Yellowstone"


    Suite au voyage de l'an passé, me revoici à arpenter les Rocheuses à travers les états du Montana, de l'Idaho, du Wyoming et de l'Utah. Ce sera aussi l'occasion de revoir les parcs nationaux de Glacier, Grand Teton et surtout le Yellowstone que je trouve merveilleux.

Un bison traversant la rivière Yellowstone dans le parc national éponyme
Ayant reçu de nombreuses demandes de personnes souhaitant suivre ce périple comme l'an passé via ce blog, je m'exécute avec plaisir, et essaierai de vous donner de "la matière" dès que j'en aurai l'occasion.

 Un peu d'exotisme pour commencer avec un sauger, poisson de la famille des percidés. Ce poisson fût pris sous un barrage au D-Incite 53 très près du fond, alors que je recherchais la truite. Ces saugers, contrairement aux walleyes (sortes de sandre) ne deviennent pas très gros, par contre, ils arborent une robe de toute beauté !



Un sauger, cousin du walleye
Les truites du Montana m'ont parfois donné du fil à retordre, notamment en raison de l'afluence sur certaines rivières. En voici un exemple concret sur le Missouri :



Les bateaux se suivent les uns derrière les autres...
Et l'on assiste au même spectacle sur des rivières d'une trentaine de mètres de large régulièrement ! Inutile de préciser que dans ces conditions, il est très difficile de tirer son épingle du jeu en pêchant depuis la rive.

Cependant, on arrive à trouver des zones moins dérangées, et là les captures s'enchainent.



Fario bien grasse du Missouri prise au Best Shad (Fish Arrow)


Robe métallique typique des arcs-en-ciel du Missouri





Une ressemblance ?

Les arcs-en-ciel sauvages sont plutôt orientées sur les insectes dans leur alimentation, cependant on en prend régulièrement au leurre. Celle-ci n'a pas laissé passé un D-Contact 72 :





Un bécard aux couleurs magnifiques

On est toujours entourés d'une faune omniprésente pour qui ouvre l'oeil, et observe un peu. Ce vison pêchera quatre écrevisses à quelques mètres de moi en toute tranquillité. Je l'entendrai écraser les carapaces dans sa bouche afin de n'ingurgiter que la queue du crustacé. Je retrouverai plus tard les quatre têtes derrière le rocher où il s'isolait pour s'en sustenter.


Après quelques jours dans le Montana, direction le Wyoming, et plus précisément un des lieux qui m'a le plus marqué dans ma vie : le parc national du Yellowstone. Une beauté à couper le souffle, des paysages sublimes, des animaux sauvages en nombre, de l'ours au balbuzard pêcheur : un parfum d'Alaska pour ceux qui connaissent. Et au milieu coule une rivière, la Rivière Yellowstone. Certainement, la rivière que je trouve la plus belle parmi toutes celles que j'ai pu croiser s'il est toutefois possible de les comparer. Même en Nouvelle-Zélande, je ne pense pas avoir croisé un tel joyau... Un joyau qui en cache un autre : ses truites "natives" , les gorges coupées (ou cutthroat) de la Yellowstone. La Yellowstone a ceci de particulier qu'elle peut être radicalement différente à quelques centaines de mètres près : torrent tumultueux, chutes vertigineuses, courants laminaires puissants, méandres dans la plaine de Hayden Valley, canyon, mais toujours la même grâce et la même élégance.


Petite erreur, pardon, là c'était Las Vegas. L'artificiel ou le naturel...


Une vue de la rivière Yellowstone, c'est quand même plus beau, non ?




A moins que vous ne préfériez cette paisible Spring Creek (rivière de résurgence) ?

Un cerf qui finit de traverser la Yellowstone River.

Je vous parlais des truites de la Yellowstone. La rivière m'en a offert quelques-unes de toute beauté que je me suis empressé de relâcher rapidement après quelques clichés. Elles sont "magnifiquement belles" comme le chantent Thiéfaine et Cali même si ce n'est pas vraiment de truites qu'il s'agit dans la chanson en question...

Un beau mâle sur AR-HD Minnow sur la canne Troutin'Spin Multiyouse 80 M



Un autre poisson pris sur une Pure



Ces trois poissons estimés entre 1,5 et 2 kg peuvent être considérés comme des trophées sur ce cours d'eau où ils atteignent très rarement des tailles supérieures en raison notamment de la rigueur des hivers du Yellowstone. Bye bye Yellowstone, hope to see you soon !!!



En fin de journée sur un affluent de la rivière principale


Au sud de Yellowstone, on trouve le parc national de Grand Teton, et la Snake River, qui possède elle aussi sa souche propre de truite Cutthroat :




Celle-ci a succombé à un D-Contact 63.

La suite du périple nous aménera à traverser Idaho et Utah, avant de revenir dans le Montana, tout au nord, en espérant croiser à nouveau les grizzlis de Glacier National Park.
Un grand merci à Smith Europe et en particulier à Olivier Meurant.

A très bientôt...








Ombres du soir à Yellowstone

14/07/2013

Pêche du Sandre au leurre souple en lac


Par Julien Bru
Dragonbait LX Straight Verticale
Comme chaque année le week-end du 15 juin est l’occasion d’une session pêche en barque en compagnie de David alias "le ragondin" à la recherche des Sandres sur les lacs Aveyronnais.
Arrivée au bord du lac vers 18 h00, installation rapide du campement et départ pour le coup du soir vers une bordure très productive en début de saison. 

Matériel
Montage de la Dragonbait LX Straight Verticale avec un moulinet 2500 garni de tresse Strike Wire Extrême en 0,10 mm suivi d’un bas de ligne Fluorocarbone GAMMA d’environ 1,5 mètres en 25 centièmes.

Dragonbait LX Straight Verticale


Leurres et têtes plombées
Côté leurre Flash J Shad de chez Fish Arrow en 3 et 4 pouces montés sur des têtes munit d’aiguille de fixation, elles ont l’avantage de ne pas abîmer le leurre au montage et de conserver toute la souplesse du leurre. Deux types de têtes plombées sont très intéressants sur les Flash J Shad, les type Darting (ou darter) et les têtes plombées rondes voir football.
Selon les zones une tête plombée avec une tige anti herbe sera fort utile car la pêche du sandre se pratique bien souvent très proche du fond (voir parfois sur le fond).

Les grammages utilisés sont de  3,5 à 10 grammes suivant les conditions (Vent, Profondeur du poste, Agressivité des poissons…).

Les coloris

J’utilise en priorité des coloris naturels (#02, 04, 07, 22) 

Flash J Shad - coloris imitatif

Si les touches diminuent, je passe sur les coloris (#23 et #24) parfaite imitation des perchettes très présentes à cette époque de l’année.



Et dès que la lumière diminue le coloris blanc (#21) et le coloris chartreuse (#19) procurent une net augmentation des touches dans ces conditions.


1er Jour

Arrivé sur les lieux, premiers lancers vers la bordure…
Prise de contact avec le fond, animation lente ponctuée de tirées de faible amplitude mais assez vives pour déclencher l’agressivité des sandres. Première détonation dans le poignet, ferrage réflexe suivi d’un combat tout en nervosité et c’est un joli sandre qui montre sa dorsale.


Suivi d’un autre qui a succombé au Flash J Shad  3 coloris 22 de David. On constate clairement l’efficacité du Flash J Shad pour la pêche du sandre, sa caudale vibre très bien même sans animation.

David

La Dragonbait LX Straight Verticale est parfaite pour le light linéaire (Légère, Sonore, Sensible en pointe, parfaite pour animer de faibles grammages et absorber les coups de tête des poissons mais avec une bonne réserve de puissance au talon. Je  l’utilise aussi en Drop Shot Light et en Weightless, elle est vraiment polyvalente.
Action de la Dragonbait LX Straight Verticale sur un couché de soleil

Les touches s’enchaînent au fur et à mesure que le soleil se couche et nous rentrons au campement avec une dizaine de sandres au compteur et autant de ratés, le week- end s’annonce bien !
Petit apéro et grillades avec vue sur le lac.


2ième Jour

Le lendemain départ 5h30 vers une anse très réputée, arrivée à 6h00, il y a déjà une quinzaine de barques toutes du côté gauche, un peu surpris on décide de se mettre sur la droite à l’entrée d’une anse bordée de bois immergés.


Bon choix, les touches se succèdent avec quelques doublés et une série de 8 poissons à la suite pour David. La bonne animation sera déterminante pour réussir à toucher ces poissons, en linéaire light et drop shot avec un flash j pour mon collègue et Jerk Minnow – Mc Arthy en 3 et 4 pouces pour moi.

Jerk Minnow - Coloris Champagne
Sandre sur Flash J Shad - coloris 02
Sandre sur Flash J Shad - coloris 02
Sandre sur Flash J Shad - coloris 23
Sandre sur Flash J Shad - coloris 23

Le temps est idéal alternant averses et soleil et ce n’est qu’en fin de matinée que les touches cessent. Un bon moment passé au bord de l'eau avec un amis et du poisson à la clé ... que demander de plus ?

Sandre sur Flash J Shad - coloris 21
Nous avons également testés quelques nouveautés Fish Arrow 2014 et une chose est sûre FISH ARROW nous réserve de belles surprises ;)

A bientôt
Julien Bru

09/07/2013

Reprise des festivités en Rade de Brest !



Par Cédrick Chaussard
 

 
Dimanche 23 Juin : Mathieu Kerdavid, mon coéquipier, m'appelle pour se caler une sortie Kayak dans la semaine. On consulte la tendance météo de la semaine, nous mettons d'accord pour le Mercredi après le boulot.
Nous nous décidons sur le lieu après avoir pris en compte les derniers échos des pécheurs du secteur, ce sera le fond de rade de Brest.



En ce moment, les bars se gavent de crabe et crevettes, il va falloir prévoir les montages light pour faire les bordures, la BAYLINER  CF66M 3/10gr est désignée d'office pour cette technique.

BAYLINER  CF66M

Je compléterai mon matériel par les deux PADDLIST : 
PAD611M 7/30gr et PAD67L 7/22 gr

PADDLIST
        Ces deux cannes ont pour avantage de parfaitement se compléter sur des techniques similaires avec une action quasi identiques dans des puissances différentes.


Mercredi 26 Juin
       Il est 18h15, Mathieu est déjà sur l'eau, le temps de débarquer le matos, de discuter avec deux pécheurs sur le matériel que j'ai sorti, et je suis sur l'eau 20 minutes plus tard.



Mathieu
Le temps est superbe, les conditions au top, les oiseaux cherchent le poisson, on devrait être pas mal.
Nous rejoignons la rive d'en face en quelques coup de pagaie, c'est partie, je prends la Bay Liner montée avec un leurre souple Mac Arthy- SPRAT 5'' colorie Baby Elf en texan light, et je ratisse la bordure sous les branches et autres goémons.

Au 3éme lancer, c'est pendu, ça n'a pas l'air très gros mais le poisson est bien pris et se défend bien, le carbone travaille et le poisson est mis au sec en peu de temps. Ce sera un bar de 40 cm qui sera remis à l'eau rapidement, deux de ses congénères se seront ainsi  fait prendre dans la foulée.

SPRAT 5" - MC ARTHY

Passons aux choses sérieuses, on est là pour chercher les gros, en attendant de les trouver, nous admirons le panorama.

Nous prospecterons les parcs, les bordures, le chenal quand tout à coup, le sondeur affiche du poisson dans les 5 premiers mètres d'eau. Premier lancé, poisson, c'est du maquereau, la bay liner plie et encaisse les coups de têtes, ils sont assez gros et bien énervés.

BAYLINER  CF66M

 Je décide de changer de canne, j'enquille la Paddlist 7/22 gr, il y a du joli monde en sub-surface et la pêche à la volée semble être la technique à employer pour connaître l'origine de la population sévissant sous le kayak.
Les maquereaux et bars s’enchaînent, les bars sont de tailles assez modestes mais leur vigueur sollicite l'action de la canne qui donne un max de plaisir.


Puisque les petits sont en haut, on va chercher les gros en bas. Les chasses d'oiseaux s'intensifient, nous prenons l'alignement de celles-ci et trouvons le tombant, cette fois ce sera en traction que nous allons prospecter  le fond qui commence à 14 mètres pour finir à 23 mètres. Je me ferai casser mon bas de ligne en 25 centièmes à  deux reprises malgré l'amorti que la PADDLIST procure. Quelques maquereaux et bars continueront à se faire avoir au jeu de l'orgie alimentaire malgré tout, mais toujours dans des tailles relativement modestes.



 Je suis dans le chenal, je retente encore une fois avec mon 25 centièmes et ma PAD67L, mon shad touche le fond, je fais deux animations et un boulet de canon vient de tomber sur mon shad, la canne se met à plier sévèrement, ça prend du fil et pourtant le frein est serré presqu'a fond. Ça se calme enfin, mais la canne est toujours sous tension, ça ne veut pas décoller du fond, impossible de reprendre du fil, je ne comprends plus rien, un goémon ça ne donne pas de coup de têtes normalement. Je ne sais pas combien de temps cela aura duré mais ça m'a paru interminable, j'ai même eu le temps de prendre une photo de la canne en traction.

PADDLIST 67L
Après ce long moment, je commence enfin à reprendre du fil, environ 1,50m, ouf ça remonte, en fait non, je reprends des coups de boules violents et lourds, le fil sort,  la canne se remet à plier, et ça se décroche. J'enrage mais c'est le jeu, il s'avère, après avoir consulté les pécheurs du coin, que la zone compte énormément de raie torpilles et bouclés de gros calibre, et que je me suis fait attelé par l'une d'elles.
       Je décide de continuer avec la PADDLIST 7/30 gr, le soleil est en train de tomber, le moment est propice pour trouver les gros spécimens, 4 dérives plus tard, châtaigne, c'est sérieux et ça se défend bien, cette fois ce n'est pas une raie, mais bien un bar qui, à ma surprise, ne fait que fait 53 cm. Belle défense, et la canne me surprend tant elle encaisse de la même façon les rush des gros et des petits poissons.



Il fait nuit, nous rentrons tout doucement avec nos frontales. La sortie nous aura apporté son lot de surprises qu'il va falloir tenter de concrétiser.

A bientôt.
Cédrick