01/12/2012

Tresse "Strike Wire Predator" versus pike

par David PETIT


Depuis quelques jours je teste un nouveaux produit de chez CWC.Je tiens à remercier olivier pour sa confiance et pour m’avoir permis de tester ce produit. Il s’agit de la petite dernière de la gamme de Tresse proposé par CWC, la Strike Wire Predator. Tout d’abord regardons son packaging, un boitier design, qui accroche l’œil et qui sous entend cacher du lourd. Une fois sortie de son étui ont constate que la qualité est au rendez vous.


Disponible en deux diamètres,28 et 32mm, elle est donc accès principalement sur les carnassiers de taille conséquente. Au premier contact avec les doigts je suis interpellé par sa glisse parfaite qui annonce des lancers d’une facilité déconcertante. 

couleur camo

Je n’ai donc pas trainé à en équiper mon moulinet et direction le bord de l’eau pour la mettre a l’épreuve.
La météo depuis quelques semaines ne joue pas en notre faveur dans la région. Des pluies régulières qui ont mis le marais a son niveau de crue plus tôt qu’a l’accoutumée. Les rivières inondent les prés devenant ainsi un lac par endroit et le vent vient s’inviter régulièrement a cette petite fête.

 
Il en faut plus que ça pour me faire renoncer et malgré les conditions peu clémentes ils restent  tout de même quelques spots accessibles. Cela s’apparente par moment à un concours du combattant mais la passion nous fais persévérer et cela finis toujours par payer. Je finis donc par trouver un secteur praticable. Comme vous pouvez le voir, il devient difficile de discerner prés inondés et rivière.


Si tôt la voiture garé je m’empresse de sortir le matériel et d’enfiler les bottes. Toujours équipé de mon fidèle original buster jerk, je commence la traque et les lancers. La Strike wire prédator possède une structure, composée de 8 brins, qui lui donne une harmonie souplesse/rigidité parfaite. Le leurre répond à la moindre sollicitation. Le faire nager devient plus aisé, et ce, même par présence de vent. On obtient une prise de contact unique, ressentant l’animation dans ses moindres détails. L’action de mon jerkbait est plus fluide et je le maitrise plus facilement.

Après avoir parcourus quelques mètres Je repère un joli herbier dans lequel je soupçonne esox d’avoir élu demeure. On peut distinguer une coulée et malgré le vent je réalise un posé d’une discrétion et d’une précision au cordeau. Premier passage, deux jerks et c’est pendus. Le bec n’est pas très gros mais l’eau fraiche leur donne la patate et il part aussitôt se réfugier dans son antre. C’était sans compter sur cette gladiatrice ! Baptisée prédator elle me permettra de sortir ce
poisson, en un temps record sans aucune difficulté.


Photo puis remise à l’eau je poursuis donc la pêche. Quelques minutes de lancés infructueux plus tard, j’aperçois de nouveau un bouquet d’herbiers au milieu duquel deux coulées viennent se croiser formant une zone propre. Si un bec y traine c’est ici qu’il attaquera, et il ne pourra résister au charme diabolique du buster jerk. Premier passage sans suite. Je refais une présentation, même chose. J’ai toujours habitude de présenter trois fois mon leurre, cette règle de 3 bien souvent a payé. Premier jerk, je laisse couler, second jerk, pause…au moment d’exécuter le jerk suivant un poisson sors comme un flèche ! Prise de contact directe, il y est. Encore un poisson modeste mais ça fais toujours plaisir de voir sa théorie se confirmer.


La strike wire est une pure merveille, c’est un régal que de pêcher avec. En plus d’être une combattante elle est aussi excellente lanceuse, propulsant vos bigbaits durant des heures sans aucune faiblesse et avec une régularité exemplaire. Coriace, elle ne s’use pas facilement et conserve sa glisse.


Comme on peut le voir ci-dessus, tout juste sortie de sa bobine ou après plusieurs sorties son profil reste inchangé. Elle ne s’effiloche pas et garde son aspect original.Elle deviendra rapidement un allié solide et indispensable pour mes sorties de pêche au bigbait.

A bientot.
David PETIT