04/09/2012

Pêche en Rade de Brest et leurres COREMAN

Par Cédrick Chaussard

Il était temps pour moi de tester enfin les leurres souples COREMAN sur un secteur que je connais un petit peu dans la Rade de Brest  mais ou j’ai pu avoir de très belles surprises comme des désillusions.

Ce matin là je mettrais le kayak à l’eau à 06h30. La zone est vraiment très calme voir trop, on devrait y entendre les bars chasser en surface, cela va dans le sens de la météo, la journée va être chaude, les bars se gavent depuis déjà une bonne semaine et tout laisse à croire qu’ils seront difficiles à prendre. Pour pimenter le tout, je n’aurai pas de sondeur. Mon nouveau kayak, un Prowler ultra 4.7,  m’ayant été livré la veille, je n’ai pas eu le temps de l’aménager. Qu’à cela ne tienne, on fera sans et à l’ancienne.

J’assiste tout d’abord à un lever de soleil magnifique que je prendrai le temps d’admirer.


Le spectacle étant terminé, il est temps de chercher les bars, je prendrais donc ma Bayliner CF 3/10 Gr montée avec un Rarénium 3000, je lui couple un Flash J Shad 3" bleu et argent, monté sur une tête plombée Makeira en 5gr, ça me permettra de faire de la prospection rapide pour voir si le poisson est dans la première couche d’eau, je  prospecterai pendant une heure ainsi sans pouvoir toucher un poisson, à part un maquereau qui repartira grandir.

Je change de secteur et part chercher une zone avec du sables et des herbiers et je recommence à prospecter, la sentence est immédiate, un bar s’est saisi violemment du leurre et entame un combat soutenu mais qui ne durera pas longtemps et pour cause, la Bayliner a parfaitement travaillé.

Un petit 45 bien énervé qui se décrochera dans le kayak.

Le poisson est remis délicatement dans son élément et je reprends mon pattern pendant ¾ d’heures sans rien toucher. Il faut changer de leurre et de technique, le soleil est déjà bien levé, le ciel est exempt de nuage et je choisi un ALKALI SHAD orange et blanc monté sur une tête Makeira 10.5 gr, je suis obligé de changer de canne.

Pour avoir lu quelques articles sur la vision des couleurs que peuvent avoir les bars, la nuance que devrait donner le colorie que j’ai choisi a toutes les chances de donner des résultats. Je lance dans un courant léger qui marque à peine l’eau, je laisse descendre au fond, et je commence mon animation, lente et ample pour la simple et bonne raison que ce leurre est suffisamment souple pour travailler seul dans un petit courant.
Je prends une belle châtaigne dans le bras, le client à l’air sérieux au bout du fil, il me gratifiera de beaux rush bien appuyés accompagné de quelques embardées sous le kayak, mais finalement arrivera tout de même dans le kayak et accusera un beau 53 cm dans de belles proportions sportives.



Je décide de remonter ma dérive et repositionne le kayak de la même façon, 4 lancés plus tard ça repart de plus belle, c’est moins lourd mais les coups sont tout de même furieux et appuyés et il se passera 5 bonnes minutes de combat pour arriver à le mettre à sec.

Il accusera 50 cm tout rond.


Je retenterai plusieurs fois cette dérive et bien d’autres encore mais le poisson n’est plus là, il commence à faire vraiment chaud et à cette heure, inutile d’insister. 3 poissons en 6 heures sur l’eau, c’est peu mais les conditions difficiles pour pécher m’ont confirmées que les COREMAN avaient été vraiment étudiés pour s’adapter à toutes les conditions que l’on peut rencontrer.

A bientôt.
Cédrick Chaussard