09/06/2011

L'ouverture des lacs de montagne


Par Julien Romero et Laurent Renard


Fario au Cherry Blood 70 LLS
 
« Laurent »

Cette année l'ouverture des lacs de montagne a eu lieu le 28 mai. Les conditions étaient estivales, avec des températures flirtant avec 20° le week-end de l'ouverture. Les jours suivant furent par contre très froids et ventés, avec neige et pluie en accompagnement selon la température ambiante.

Une belle truite fario très colorée

Une fois de plus, les leurres nous ont permis de tirer notre épingle du jeu : Cherry Blood 70 LLS, DD Panish 65 SP, D Contact 50 et 63 furent les plus performants. Le D Contact 50 s'est révélé très utile par conditions difficiles. Nous avons touché du poisson tous les jours, avec une taille moyenne élevée (35 cm environ), avec dans le lot, une truite d'une cinquantaine de cm pour 1 kilogramme au Cherry Blood LLS (photo du dessus), et une autre de 2 kg décrochée au dernier moment sur un D Contact 50. Après une tape sur le DD Panish sans piquer le poisson, je fais une perruque sur la ligne. Julien lance alors son D Contact 50 et pique la truite qui se bat comme une diablesse. Deux ou trois minutes plus tard, il me l'amène sur la bordure mais je n'ai pu la saisir correctement à la main les deux fois où Julien me l'a présentée, et elle a fini par se décrocher. Je me suis fait pardonner en lui faisant prendre une daurade de 2,6 kg au Jib 90 le lendemain en redescendant au bord de la mer… A voir dans un prochain report.

Une belle truite fario prise au D Contact 63
D Contact 63 et  blow shot boron, un duo efficace…

« julien »

Cela faisait 15 ans que je n’avais pas pêché la truite, autant dire que je débutais dans le domaine lors de ce week-end chargé en compagnie de Laurent.

Au programme, pêche de la truite au leurre en lac de montagne et dorades en pays catalan !

Etangs salin dans l’Hérault sur le trajet en train
Je quitte donc l’Hérault et mes chers loups pour rejoindre Laurent dans une nature montagneuse qui m’étonnera par ses contrastes, capable d’autant d’hostilité que de générosité.

Lac de montagne
Des paysages à couper le souffle, une nature préservée, protégée qui nous incite au plus grand respect envers elle.
Sempervivum (signifiant « vie éternelle »), plante succulentes vivant dans les régions montagneuses
J’ai découvert une pêche que je ne connaissais pas et j’ai pu m’adapter rapidement grâce aux précieux conseils de Laurent.

Une pêche très technique, ou observation, discrétion et précision sont les maitres mots.
C’est avec plaisir que j’ai appris le comportement de ce formidable poisson qu’est la truite, j’ai également constaté l’importance des coloris des leurres Smith qui sont parfaitement adaptés à nos besoins.

Truite arc en ciel avec un D Contact 50 coloris 03
J’ai particulièrement savouré la comparaison entre ces deux prédateurs aquatiques que sont la truite et le loup, ils ont beaucoup de points communs et leurs différences de comportement sont souvent liées à leur habitat respectif (habitat fermé ou ouvert).

Truite fario prise avec un D Contact 50

 Comme Laurent l'a expliqué plus haut, j’ai trouvé mon bonheur en piquant une jolie truite qui s’est décrochée mais mon grand plaisir a été de découvrir la pêche de la truite aux leurres durs comme le D Contact. 

Au début, peu a l’aise avec ce leurre dans les zones sans courant, j’ai finalement réussi à trouver une animation qui a le don d’exciter les truites ; le maniant à coups de twitchs entrecoupés de brèves pauses durant lesquelles il coule effectuant un wobling rapide et serré.

Truite fario toujours au D Contact 50


Si je devais résumer ce long week end en un mot ce serait, « humide » !
Nous avons reçu des litres d’eau sur la tête et ceci durant des heures, a tel point que des champignons poussaient partout. Mais difficile de faire dévier Laurent de son objectif principal : les truites !

Ce week end s’acheva sur une descente des hautes montagnes vers les bords de mer ou nous irons pêcher la daurade royale au Jib90 bien sur ! Cette sortie vaudra bien un nouveau report, à bientôt.

Un grand merci a Laurent pour qui le partage des connaissances n’est pas un vain mot.