27/12/2011

Joyeuses fêtes !

Nous vous souhaitons de très belles fêtes de fin d’année.

26/12/2011

Frill Shrimp de chez Still Hunt

Par Julien Roméro
Si il y a bien un leurre que je voulais absolument essayer sur le loup c'est la Frill Shrimp de chez Still Hunt, un leurre très interessant tant au niveau de son réalisme que de sa conception, voilà une réalisation judicieusement pensée.
Disponible en taille 3.5" (7 pièces) et 4" (6 pièces) - la taille 4" pèse 3.5gr
Un produit bien pensé !
Cette crevette est pré-percée dans sa matière afin de faciliter le passage des hameçons sans déchirer le leurre,elle comporte également une cavité dans sa queue destinée à accueillir un insert tungstène ou un rattle.
Toutes ces originalités ne sont pas superflues,elles permettent entre autre une multitude de montages sans détériorer le leurre, drop shot, texan, neko rig, jika rig et différentes formes de têtes plombées.
on obtient ainsi des montages plein de vie et une nage très naturelle même sur une simple animation linéaire ou encore en "do nothing" (signifie aucune animation).
Son réalisme qui plaira à de nombreux pêcheurs n'a pour objectif que d'obtenir un leurre imitatif et très vibratile.Les pattes, la queue, les pinces n'ont pas seulement un but imitatif mais elles participent à l'émission de vibrations plus fidèles à la réalité que bien d'autres imitations grossières...


Des coloris adaptés
En pêche de nuit j'ai testé une multitude d'imitations de crevettes, j'ai remarqué que de nombreux prédateurs tels que les loups, les dorades ou les sars repèrent les crevettes dans l'obscurité grâce à leurs yeux phosphorescents, c'est pour cette raison que certains coloris de frill shimp fonctionnent très bien la nuit. les coloris 01 (green pumpkin) et 03 (Scuppernong) ont des yeux phosphorescents, c'est pourquoi je les apprécie particulièrement pour la pêche de nuit, je les éclaire quelques secondes avec ma lampe frontale ou une lampe à U.V afin d'amplifier leur effet.
Le coloris 18 (Moebi) sera parfait lorsque les eaux sont claires, sa couleur vive suscitera la curiosité de nombreux poissons. En eau douce le coloris 03 (Scuppernong) imitera parfaitement une écrevisse de Louisiane, espèce malheureusement très présente dans nos eaux françaises.

Conseil, utilisez un attractant adapté
Étant un fan d'attractants en pêche lente ou "à grattée", je conseille d'ajouter de l'attractant parfum crustacé (ou shrimp) dans votre pochette de frill shrimp. Utiliser un attractant qui possède un arôme adapté à la forme de votre leurre (dans le cas présent un crustacé), vous permettra parfois de constater une nette augmentation des touches.
je le redis à l'attention des "pêcheurs nocturnes", si vous pêchez de nuit, choisissez une imitation de crevette qui a les yeux phosphorescents, cela fera bien souvent la différence.


Montage NEKO RIG
Le montage NEKO RIG possède une multitude d'avantages, de mon coté je l'ai retenu pour plusieurs raisons.

- Tout d'abord ce montage permet de laisser une grande liberté de nage à la frill shrimp, on peut également insérer un lest tungstène dans la queue et modifier ainsi sa présentation sur le fond ou en dérive.
- Un montage de type Neko Rig augmente la longévité du leurre qui est fixé grâce à un ressort que l'on visse dans le leurre.Ce type de fixation permet des "lancés appuyés" sans que le leurre ne se déchire et le préserve également durant un combat.

Ce montage pèse 5gr et me permet d'effectuer des lancées à 25 mètres au moins avec une tresse 10lb.
Le Neko rig est très connu au Japon depuis longtemps déjà, ici je me suis inspiré de leurs idées pour réaliser un montage Neko rig "maison" à l'aide de ressort (système de ressort nommé "twistlock" ou "worm coil").

C'est le montage parfait pour pêcher les herbiers en surface ou encore dans très peu d'eau en pêche à vue par exemple.
Un hameçon wacky muni d'un "weedguard" sera le bienvenue afin d'éviter les accrochages intempestifs.
Montage sur têtes plombées
J'aime utiliser des têtes plombées rondes dont tout le poids est placé vers l'avant afin de descendre rapidement vers le fond et y réaliser du "bottom tapping" qui signifie faire taper son leurre sur le fond dans le but d'attirer les poissons par le bruit produit ainsi.J'aime cette technique que l'on peut pratiquer aussi en pêche du bord dans quelques mètres d'eau, les loups y répondent particulièrement bien.
Vous retrouverez plus bas dans cette page des conseils pour réaliser ce montage.

Les têtes plombées Wacky
Voici un montage parfait pour une pêche "à grattée" lente ou rapide. Le principe est simple, on monte la crevette en position "queue repliée" et on gratte le fond à l'aide de tirées afin d'imiter un crustacé en fuite. Ne pas hésiter à réaliser de longues pauses selon l'humeur des poissons.
L'autre avantage d'une tête wacky c'est que l'on peut également pêcher entre deux eaux, ou en dandine, elles sont très polyvalentes.

En fin de saison j'ai eu de bon résultats avec la frill shrimp dans les étangs salins du littoral méditerranéen ainsi que dans les canaux du bord de mer. Dès les premiers froids, une crevette que l'on nomme "Cibade" sort des fond vaseux des étangs afin de regagner la mer, zone de reproduction pour elle.Les poissons profitent de cette opportunité, j'ai vu des loups de taille moyenne s'en gaver l'estomac au point qu'ils les gardaient par dizaines dans leur gueule sans pouvoir les avaler. c'est une période ou posséder une imitation de crevette (si possible de couleur foncée) deviendra un avantage de taille dans de nombreuses zones de l’Hérault. Il en est de même en eau douce ou les écrevisses de louisiane dévalent les rivières aux premières grosses pluies faisant le bonheur de nombreuses espèces. 

Il me reste encore quelques montages à essayer comme les hameçons texans en jika rig ou en drop shot, cette "crevette" offre beaucoup de possibilités de montage, je pense que c'est là son réel intérêt bien que son réalisme sera certainement le premier critère pour beaucoup d'utilisateurs.

Quelques idées de montages :
http://www.stillhunt.net/frillshrimp%20setting.htm
http://www.stillhunt.net/frillshrimp%20setting-2.htm
http://www.stillhunt.net/frillshrimp%20setting-3.htm
Quelques articles déja existant sur le blog :
http://smith-pro.blogspot.com/2010/12/frill-shrimp.html
http://smith-pro.blogspot.com/2010/12/frill-shrimp-de-fish-arrow.html
http://smith-pro.blogspot.com/2010/11/videofish-arrow-frill-shrimp.html
http://smith-pro.blogspot.com/2011/02/fin-de-saison-au-frill-shrimp.html

10/12/2011

Une saison au Flash J

Par Julien Roméro

J’utilise le Flash J depuis le début de ma saison de pêche 2011 et dès le mois d'avril j'ai pris mes premiers loups avec ce leurre.Son réalisme et son gabarit "finesse" me laissait penser qu'il donnerait le meilleur de lui même au cœur de la saison sur des poissons difficiles, refusant les caudales et autres appendices trop bruyants. En réalité il fut régulier tout au long de la saison et certaines situations lui réussiront plus que d'autres.

C'est incontestablement dans de faibles profondeurs d'eau et de petits courants que le Flash J a démontré toute son efficacité. peu ou pas de vent, eau claire, courant inexistant voila des situations ou le Flash J fera bien souvent la différence, vous l'aurez compris les techniques dites finesses permettront d'obtenir de bon résultats.

Flash J et montages texan
j'ai tout d'abord prospecté dans les montages texans qui m'apparaissaient comme étant le meilleur choix notamment pour pêcher les bordures peu profondes et souvent encombrées. De cette façon j'ai eu de bon résultats malgré quelques ratés au ferrage, en cause, la rigidité du Flash J bien que celle ci lui permet de conserver une certaine solidité.
J'ai donc adapté mes montages texans, laissant dépasser légèrement la pointe de l’hameçon sur le dos du leurre (montage dit exposed), de cette façon on assure de meilleurs ferrages.(il en est de même pour les black bass en eau douce d'après les retours que j'ai eus).


 Voici un montage qui m'a rapporté quelques poissons, il se manie et nage à la façon d'un lipless réalisant un joli "walking the dog" sous marin.C'est un montage très plaisant à animer et il supporte une multitude d'animations.
 
 Ce montage rend très attractif le Flash J sur simple récupération linéaire, l’œillet de l’hameçon en position verticale provoque un petit rolling très interessant.
Si mes montages texans vous paraissent "légers" ne vous y trompez pas, je rajoute des inserts tungstène que je glisse dans le ventre des leurres grâce a un petit trou sur le ventre. De cette façon j'obtiens différents grammages qui me permettent de m'adapter a toutes les situations et de gagner également en distance de lancé.C'est important lorsqu'on pêche les bordures car il faut rester en retrait afin que les poissons ne nous voient pas. 

Si je vois une chasse à 10 mètres du bord il me faudra lancer mon leurre à 15-20 mètres afin de ne pas effrayer le poisson ensuite il me restera 5-10 mètres pour manier et présenter mon leurre de la meilleur façon possible.Tout cela implique beaucoup de précision même dans les grammages utilisés puisqu'il faudra faire nager le leurre a la bonne profondeur afin que le poisson le repère facilement.

L'utilisation de montages texans complique le ferrage lorsqu'on augmente la vitesse de récupération, j'ai donc essayé les têtes plombées pour une pêche a la volée plus cadencée. J'apprécie particulièrement les têtes munit d'une tige anti herbe avec lesquelles on arrive a pêcher sans ramasser trop de végétaux c'est un bon compromis aux montages texan.

Flash J et Têtes plombées
Évidement l'utilisation de têtes plombées m'a permis d'optimiser mes prises rendant les ferrages plus faciles et les décrochés moins nombreux. Certaines formes de têtes plombées peuvent rendre plus vivant ou plus vibratoire le Flash J. les têtes de type swimming (nageuse) accentuent les ondulations de l'ensemble (Tête plombée/leurre) tandis que d'autres formes ajouteront des vibrations ou une nage plus irrégulière.

Les têtes plombées rendent également plus façile le montage des Flash J 2 et 3 pouces que l'on abimera moins. je conseillerai donc des petites têtes plombées ou du drop shot pour les tailles 2" et 3".
Les animations
Coté maniement du leurre, j'ai constaté que les animations rapides rendent souvent le Flash J très attractif.De nombreuses attaques ont lieu durant des accélérations ou des variations dans la vitesse de récupération, il faut faire vivre le Flash J en l'animant énergiquement, le twitcher, imiter un poissonnet en fuite en accélérant le rythme jusqu’à le faire monter en surface, de cette façon le leurre se désaxe renvoyant de nombreux éclats lumineux.
voici un "combo" parfait pour une prospection rapide a la volée.
Si ce genre d'animation ne fonctionnent pas il faudra alors ralentir la vitesse, faire des pauses et travailler lentement de manière linéaire en peignant méticuleusement les zones susceptibles d'abriter le poisson.

LeFlash J  n'est pas aromatisé c'est pourquoi j'ajoute de l'attractant en gel lorsque je souhaite insister sur un poste de pêche ou bien ralentir mes animations. Ce type de produit tient très bien sur le Flash J, une fois utilisé remettez le leurre dans sa pochette il ne sera pas nécessaire d'ajouter de l'attractant a chaque fois car le leurre s'imprègne très bien.


Les coloris qui m'ont rapporté le plus de prises sont les 2 coloris blanc (100 et 109), le coloris 108 (ventre rouge/ dos noir) ainsi que le coloris 104 (imite très bien un petit mulet).

J'apprécie beaucoup les multiples possibilités qu'offrent le Flash J, insertion aisée de rattles ou d'inserts, montage texan, drop shot ou sur tête plombée...etc
Une polyvalence qui le rend indispensable en weightless (ou finesse), c'est de cette façon que le Flash J m'a apporté le plus de plaisir sur mes zones de pêche. Je suis sûr qu'il me rapportera encore de nombreux poissons, je connais quelques coins où les tailles 2" et 3" feront des merveilles dans les chasses de loups.

Les têtes plombées Wheel head rendent le Flash J très attractif de jour comme de nuit,
elles émettent des vibrations particulières et renvoient de nombreux éclats lumineux qui ont le don d'exciter les carnassiers.
Les têtes plombées de type "darter" correspondent bien au Flash J qui fera de fabuleux écarts imitant ainsi un poissonnet affolé.
J'ai de nombreux retours positifs d'utilisateurs de ce leurre que ce soit en eau douce ou en mer, même en traine lente le Flash J a permis de prendre du loup. Olivier Meurant m'a fait parvenir du Flash J shad (variante avec caudale du Flash J) et les résultats ne ce sont pas fait attendre.

Flash J et Flash J shad, voilà un duo efficace et complémentaire dont je ne manquerai pas de vous parler un peu plus dans un prochain billet.

Liens supplémentaires :
http://24leurres.com/fish-arrow-flash-j/
http://smith-pro.blogspot.com/2011/06/montage-weightless-dun-flash-j.html


Vidéos :
Screw Hook et Flash J
http://www.youtube.com/watch?v=4HxYKyrCYMQ
Flash J et wacky
http://www.youtube.com/watch?v=HOLVF13rqyk
Flash J et KO chatter
http://www.youtube.com/watch?v=DbuJiWGWwZE

28/11/2011

Vivid Live Smith



Dans la foulée du Flash J shad, j’ai pu essayer le petit shad « vivid live ».  Ce leurre de 8cm présente une nage remarquable, et dans tous les cas, efficace sur les zones à très faible courant où j’ai pu l’essayer. Lors de sa première « mise à l’eau » je suis au milieu de nombreux pêcheurs et plus particulièrement coincé entre deux souches d’arbre déjà quadrillées par les pêcheurs qui m’encadrent…Evidemment, ce jour là un broc est pris sur chacune des souches qui m’entourent, et moi j’ai beau tout essayer ou presque… pas une touche. Le fond n’est pas très propre mais tant pis j’essaye le vivid à gratter. Cela ne mettra pas longtemps à ce que je sorte un petit sandre là ou j’ignorais même qu’il pouvait y en avoir…

Autre spot, autre jour, j’insiste sur une zone mais rien. Je passe au vivid live et se décident enfin un tout petit broc suivi d’une perche correcte. « Bon et bien faut rester au vivid »… 

 












Je continu à avancer alors que je remarque que je prends de plus en plus de « toc » dans le leurre.  En fait je passe dans un banc de petits gardons assez important. Coup de chance et superbes images, je ne sais pas combien de broc sont derrières et des gerbes d’eau commencent à fuser dans tous les sens… le cinéma durera un quart d’heure vingt minutes. J’ai eu le temps de me faire démolir quelques vivids live, enfumer les poissons les plus corrects, et sortir 4 ou 5 brochetons… malgré l’euphorie, les deux ou trois autres leurres que j’ai sorti pour « préserver » ces petits shads n’auront pas eu le même succès.

Autre spot, avec cette fois-ci un étang fréquenté, mais où la population de blacks permet de parfois s’amuser. J’entame donc la session avec des leurres déjà éprouvés… Rien. Passage au vivid live en linéaire, et là les touches commencent… Ils apprécient vraiment le leurre et reviennent plusieurs fois en cas de ferrage douteux. J’en ferai même un, qui avait suivi jusqu’à mes pieds sans prendre, en dandinant le shad juste devant moi…    



Au final, en quelques sorties le vivid live m’a permis de faire perches, blacks, brocs et un sandre. Je n’ai pas eu le temps d’aller l’essayer sur le bar mais là encore je ne doute pas de la réussite de ce petit shad en milieu marin. Je lui ferai donc à lui aussi une bonne place dans mes boites…






Je finirai ce billet par le dernier poisson en date pris au vivid live, une belle perche de 46 cm…  vraiment sympa !!

Mathieu.

KGS 68 contre Aïmaras !

                                              
                          L’AIMARA : LES DENTS DU FLEUVE


Mon ami Jean yves qui a pas mal voyagé ne faisait  que de m’en parler....
Cette année, avec Georges un autre de mes amis, nous l’avons accompagné.
Nous avons passé huit jours extraordinaires et vécus des moments magiques dans un environnement exceptionnel !
Tout d’abord je voudrais remercier nos deux guides locaux : Dominique et François, deux frères qui habitent à Cacao depuis 1989 date à laquelle leur parents s’y sont installés.
Nés en métropole successivement à Castre et à Carcassonne, nos deux frangins passionnés de pêche depuis leur enfance sont installés comme guides de pêche depuis 2006.
Le fleuve Sinnamary, ils le connaissent comme leur poche, ce qui m’a touché en ces deux garçons, sans parler de leurs compétences,c’est surtout leur gentillesse, leur dévouement et leur volonté de vouloir toujours bien faire. 


Nous sommes à la mise à l’eau au barrage du petit saut.
Il nous faudra trois heures et demi de navigation dans un cadre de toute beauté pour arriver au carbet flottant situé quatre vingt kilomètres en amont.


Les deux premiers jours, nous restons sur le bas du fleuve. Les poissons ne se sont pas fait attendre en répondant plutôt en surface sur nos poppers.

Nous prendrons une dizaine d’aïmaras et en décrocherons autant !
Le premier poisson que j’ai touché pesait six kilos. Il est venu engamer mon leurre sans ménagement, dans une explosion spectaculaire à deux mètres de la pirogue en m’arrachant presque des mains ma KGS 70 ! ( Un broch dopé à mort à côté, c’est de la  gnognote ! )



Les quatre prochains jours seront les plus beaux de notre séjour. Deux barques seront nécessaires pour remonter le Sinnamary sur plus de soixante kilomètres, passer plusieurs sauts ( barrages naturels formés de courants et cascades ) dont deux d’entre eux en tirant  les bateaux par la berges et par dessus les rocher, et  décharger puis recharger ensuite tout le matériel ( nourriture, eau, essence etc. )
Nous avons  effectué une dérive de quatre jours et bivouaqué trois nuits sur les bords du fleuve ou nous y avons aperçu des aras et toucans aux couleurs magnifiques, des papillons de toute sorte, des tapirs, des capibaras (plus gros rongeurs au monde ) ainsi qu’un caïman posté à l’affût.
Notre réveil du matin était les cris des singes hurleurs qui résonnés à des kilomètres accompagnés de chants d’oiseaux plus perçants les uns que les autres. Bref un pur bonheur !
Au niveau pêche, par moment c’était dément, nous avons eu des instants de frénésies ou les aïmaras se jetaient sur tout ce qui bougé.
Georges sortira deux beaux fishs de dix et onze kilos et décrochera un « train » au bout de trois minutes sur un rush digne d’un tgv !
Jean Yves égal à lui même aura la palme du plus gros poisson, avec un superbe aïmara de quatorze kilos six cent !



 Moi aussi toujours égal à moi-même, j’ai eu droit à trois casses : La première c’est la tresse sur un tronc, la deuxième, mon agrafe ouverte comme une aiguille à coudre, mais la plus belle c’est lorsqu’un gros, gros, gros aïmara m’a cisaillé mon bas de ligne en acier de quarante kilos ! ( Un truc de fou !! )
Je me suis qu’en même rattrapé en sortant un magnifique poisson de treize kilos que mon Buster Jerk est allé chercher tout au fond d’une petite crique.


Les deux derniers jours nous les avons passé à proximité du carbet ou ce quatre étoiles en pleine forêt tropicale nous à permis de récupérer un peu, (je serais bien resté une paire de jours de plus sur le haut Sinnamary ! ) et en avons profité de pêcher l’Acoupa ,( autre carnassier du fleuve ) en verticale aux leurres souples.


Magnifiques souvenirs donc de ce séjour, qui grâce à Dominique et François Thor à était une véritable réussite.

Si mon petit CR vous donne envi de « taquiner » l’Aïmara, n’hésitez pas à  les contacter, vous ne serez pas déçu !

Contact :
GUYANE AMAZONIE PECHE
Dominique Thor
Tel  Fax : 05 94 28 06 61
Mobile :  06 94 42 22 46

                                                              Jean Luc PEREA

26/11/2011

Metal forcast stories


Comme le dit Bourvil avec cette fabuleuse tirade" le fer est salutaire". Nous avons pu vérifier ces bienfaits  tout au long de cette saison avec le métal forcast.



Que ce soit en lancer ramener ou jigging light ce leurre nous a rendu tous les services même quand la situation était désesperée. Mon pote Remi que je vous avais déja présenté fut l'une des victimes de ce leurre hors du commun.
En lancer ramener, nous avons capturé: des dorades coriféne tout au long du mois de septembre et octobre. En jigging light des loups, des pélamides et même une dorade royale ont succombé à la tentation de croquer un bout de fer.
Les surprises sont donc nombreuses mais c'est sur l'animation que nous avons été bluffés. Pas besoin d'être popeye pour qu'il nage correctement. Des petits coups de scions lors de la récuparation et le voilà virevoltant dans une nage ératique plus que séduisante. Un relacher, il dérape et plane...les coloris bleus sardine et verts saurel ont été les plus utilisés.


16/11/2011

FLASH J SHAD

Un petit billet sympa de Mathieu


Cela ne fait que 3 ou 4 jours que j’ai les « flash J shad » en 3’ (je remercie au passage William Busson  et Harold (Au fin bouchon, Royan) pour m’avoir permis de les essayer) mais j’avoue que je vais leur faire une place de choix dans mes boites.
                En ce moment le temps est plutôt à la pluie et il faut se dépêcher pour passer entre les gouttes. J’ai donc fait deux sessions très rapides histoire d’essayer ces leurres.
La première sortie ne durera qu’une demi-heure. L’eau est relativement basse malgré la pluie et limpide. Le spot est ultra pêché mais blindé de petites perches tandis que les perches plus correctes sont relativement rares. Malheureusement, ces dernières ne semblent pas mordeuses ce jour là et le vent n’aide pas du tout à la détection des touches…Bref, ca sent la galère. Au bout de 10 minutes à voir quelques perchettes suivre sans attaquer j’arrive à prendre une micro perchette… Ok, super… !!! S’en suit un grand moment de solitude où la zone semble désertée par les poissons mais je sais que j’arrive sur une zone plus intéressante. Je revois enfin quelques perchettes en bordure mais toujours aussi amorphes. Je lance donc un peu plus loin quand j’enregistre une belle tape…Enfin ! De ce coup là, c’est un poisson correct. Visiblement elle a bien apprécié le leurre et n’a pas trop hésité pour le dégommer.



 
Une perche d’une petite quarantaine de centimètres et certainement la plus belle que je n’ai jamais prise sur ce spot. La pluie revient et la messe est dite, retour à la maison.
Deux jours après, changement de spot. L’eau est beaucoup plus sale mais d’une hauteur correct. Deux pêcheurs sont déjà là, je vais donc une cinquantaine de mètres plus loin. J’ai le temps de lancer 4 fois et là « boum ».  Ce n’est pas petit et ca ne ressemble pas à une perche. Je suis monté en 20 centièmes et bien évidement j’ai oublié le fish grip dans la voiture. La berge en béton est haute et même allongé je n’arrive pas à choper le poisson. Heureusement un des deux pêcheurs viendra avec son épuisette pour m’aider. Ce n’est pas un monstre de bec mais pour la zone ce poisson de 70 reste très respectable.


    
Les deux pêcheurs restent sans voix devant la rapidité de la prise et la taille du leurre. A priori, je pense qu’ils vont foncer en chercher vu leur enthousiasme… Après 3 bons quarts d’heure de discussion (sans pêcher…) je leur laisse la zone, content de cette prise.
Pour ma part je vais faire comme ces deux pêcheurs, je suis plus que convaincu des possibilités de ce leurre au vu des résultats de ces deux petites sorties et je pense que la fin de saison et l’année 2012 permettront de confirmer cette première impression…

SALONS 2012

Avis à tous !

Nous serons présents cette année sur les Salons de:

Clermont Ferrand HALL COURNON D4AUVERGNE le 13, 14, 15 JANVIER 2012

Nantes LA BEAUJOIRE le 27, 28, 29 JANVIER 2012

L' Isle sur la Sorgue LE SORGUETT, BELAMBRA, Domaine de MOUSQUETY le 25, 26 FEVRIER 2012 (Pêche de la truite aux leurres en plan d'eau possible)