22/12/2018

Saison Truite 2018 : des nouveautés et des gros poissons !

Par Laurent Renard
Le D Contact (ici le 85) a été "mortel" une fois de plus !
       La saison truite 2018 a été plutôt réussie en ce qui concerne la taille des truites prises. Par contre, j’ai pris beaucoup moins de poissons que les années précédentes. Ayant passé pas mal de temps à l’étranger (et je ne m’en plains pas !) j’ai raté l’ouverture en France, et y ait réellement commencé ma saison la dernière semaine du mois d’avril, qui fut d'ailleurs exceptionnelle. Par la suite, j'ai fait finalement peu de sorties en raison notamment d'un été caniculaire qui ne donnait pas vraiment envie de courir après les poissons. Ainsi, du fait d'un nombre de sorties réduits, je me suis concentré sur les zones à gros poissons, notamment des secteurs que j'ai découverts il y a deux ans lors de précédentes sorties avec un ami.

Un monstre pris fin avril : 72 cm de muscle !

 Les choses sérieuses ont d’ailleurs commencé à ce moment-là avec une première truite de 72 cm prise au D-Contact 85 dans une fosse.  Ce fût un sacré combat pour mettre cette truite à l’épuisette sur la Dragonbait Large Stream ! Merci à Jacques pour son aide, mais il va falloir qu’il investisse dans un modèle d'épuisette plus gros ! 

Le tout nouveau D-Incite 64 a déjà frappé fort...
           Cette saison 2018 a vu l’arrivée du tant attendu D-Incite 64 qui m’a permis de leurrer une belle de… 64 cm. Ce leurre va faire un malheur en lac de montagne mais aussi en rivière pour rechercher les gros spécimens. Sa nage est la même que celle de son petit frère, le D-Incite 53 et il est aussi prenant que lui sur les arrêts ! Un vrai must pour le pêcheur de truite aux leurres !

Un superbe bécard de 65 cm pris au D-Incite 53

La remise à l'eau

Le TS Joint Minnow 110 SP a une nage exceptionnelle. Cette truite  qui fait deux centimètres de moins que la précédente, ne l'a pas laissé passer !
          Toujours en grande rivière, pensez au TS Joint Minnow110 SP que j’ai pu tester à la fin de l'été dans les Cévennes, et qui s’est révélé très efficace. C’est impressionnant de le voir nager  mais il faut absolument laisser l’anneau brisé sur ce leurre sinon sa nage n’est plus la même et perd du coup tout son attrait.
La même truite vue entièrement.
J’ai pu m’en rendre compte car j’ai l’habitude de les enlever sur mes leurres en utilisant les agrafes Quick Lock Snap et dans ce cas, ce n'est pas une bonne idée. Ce wobbler m’a permis de leurrer des truites de toute taille, même des poissons de 35/40 cm n’hésitent pas à l’attaquer ! C’est une vraie réussite, et j’ai eu l’occasion de voir qu’il fonctionnait aussi très bien en mer sur le loup. Un prochain article à paraître début 2019 vous donnera plus d’informations à ce sujet.

Une belle prise au Cherry Blood Deep 70 sur la Dragonbait Trout 2-8 g
           Une sortie avec une eau un peu mâchée m’a permis de leurrer un superbe bécard de 72 cm  sur un D-Contact 72 coloris WH. Postée en tête de pool, cette truite n’a pas laissé passer le leurre qu’elle a  pris au premier passage, et a complètement engamé ! Il est possible que sa phosphorescence ait joué pour être plus facilement repéré par le poisson. 

Une nouvelle victime du D-Contact, qui sera rapidement relâchée après la photo.

     En lac de  montagne, où je n’ai pu faire que quelques sorties, mis à part à l'ouverture; la pêche a été souvent compliquée même si de beaux poissons sont venus récompenser ma persévérance.

Une lacustre de près de 70 cm prise au D-Contact 85

        Au rayon des nouveautés, le F Select 64 fait partie des leurres qui demandent une certaine  pratique pour en tirer toute la quintessence. En effet, lorsque je l'ai reçu et que j'ai pêché pour la première fois avec, je me suis dit que c'était un leurre comme bien d'autres qui pêchent à un mètre sous la surface et qui devait prendre du poisson, mais sans être vraiment emballé.

Un beau poisson qui a succombé au F Select 64

Et bien, je me trompais. Après plusieurs sorties, j'ai pu voir qu'il était non seulement très prenant mais aussi apte à supporter des animations plutôt inhabituelles : étant un slow floating, il remonte très lentement en surface et sur les radiers, il fait carrément dégoupiller les truites ! Une animation faite de longues tirées puis suivies de stop accompagnés (c'est à dire en permettant au leurre de dévaler en baissant la canne) et on recommence... a le don de rendre les poissons complètement fous ! Mauvaise nouvelle pour eux : une nouvelle taille en 5,1 cm sera disponible en 2019 !

La même en fin de combat
J'ai pris pour habitude de le ramener en linéaire sur les premiers mètres pour le faire descendre, et ensuite de l'animer comme indiqué ci-dessus. Cette façon de faire a été très efficace en grandes rivières, mais il existe certainement d'autres façons de l'utiliser que vous découvrirez au fil du temps !
En mer, j'ai même pris des loups avec ce leurre ! Un gage d'efficacité quand on connait la difficulté de leurrer ces poissons ! Je publierai un article sur le sujet début 2019. 


Ci-dessus, deux photos du même poisson pris au D-Contact 72
Un grand merci à Michaël, Jacques, Luc, Roman et Jean-Paul pour les photos. 

Bonnes fêtes de fin d'années à tous !
On se retrouve en 2019 pour un bilan de la saison de pêche du loup en Méditerranée !

30/07/2018

Lost in Iceland : portfolio 2018

Par Laurent Renard

Une truite hors norme prise la dernière heure du dernier jour de pêche. Il faut toujours y croire jusqu'au bout !

Voici un petit portfolio d'un roadtrip effectué à la fin du printemps autour des lacs islandais en compagnie de l'ami Julien. 
Attachez votre ceinture, on démarre ! Bonne lecture !

L'équipement de base : Dragonbait Trout Large Stream, D-Contact 85.


Un couhcer de soleil somptueux



On dirait une peinture à l'huile... D-Conatct 85

Lac de cratère

Un curieux paysage sur le lac de Myvatn

Le froid, le vent, le brouillard, la pluie... et de superbes poissons ! D-Contact 85

De superbes arlequins plongeurs

En wading dans le brouillard et la pluie
Un gros char (59 cm) pris sur un D-Contact 85. Les coloris fluos marchent très bien sur ces poissons !

Des chutes de toute beauté !

Des lacs innombrables le long de la route...



Le superbe plongeon arctique nous a accompagné tout le séjour
Des poissons aux couleurs flamboyantes




Un couple de sternes arctiques près d'un lac

Cette truite a pris une lame vibrante Deka Bokun en profondeur.

Encore un bon moment lors de la prise de ce poisson de 59 cm suivi quelques minutes plus tard par un de 60 pour Julien.
Une belle de 67 cm toujours au D-Contact 85




Que demander de mieux ? Cette semaine est décidément passée bien trop vite !
Ajouter une légende
Un grand merci à Julien pour les photos et les bons moments passés ensemble, ainsi qu'à nos amis suisses qui se reconnaîtront...

24/06/2018

Présentation de Fabrice Valette

Par Fabrice Valette

Je m’appelle Fabrice Valette, je suis né à Toulon dans le Var. C’est pourtant dans le Tarn que je sortirai mes premiers poissons. En famille au bord des lacs ou dans les rivières de la Montagne Noire à la recherche des truites farios, ces sorties ont développé en moi le goût de la pêche et de la nature.
Plus tard, avec mon père et mon frère, j’irai faire les coups du soir dans les embouchures des ports du Var à la recherche des barracudas, des parties de pêche dans les lacs du centre Var à taquiner les Black Bass ou des journées de surfcasting sur les plages de Dakar au Sénégal où j’ai vécu deux ans. 
 
Ces expériences m’ont permis de pratiquer plusieurs techniques de pêche, mais ma technique de prédilection reste la pêche aux leurres durs. Voir un poisson attaquer son leurre procure des sensations incroyables dont je ne me lasse pas.
J’ai 33 ans et suis résident depuis plus 6 ans en Nouvelle-Calédonie, j’y ai trouvé un terrain de jeu exceptionnel par l’abondance de poissons, certes, mais aussi par la diversité des biotopes que propose « le caillou ». En effet, on peut facilement penser au lagon, ces eaux turquoises, sa barrière de corail, ses mangroves, mais on ne s’imagine pas en venant en Nouvelle-Calédonie que l’on va pêcher le Blackbass ou aller arpenter les rivières à la recherche de perches, et pourtant, c’est le cas ! Chaque sortie est une nouvelle expérience, une remise en question, ou je dois m’adapter à mon environnement, rechercher les bons coins, utiliser les bons leurres. Cette remise en question perpétuelle me passionne et m’a rendu addict.
 
 
 Curieux de nouvelles techniques je me suis mis à la pêche à la mouche il y a quelques mois. Les bonefish et les permit croisent sur les flats du nord de la Nouvelle-Calédonie et je compte bien en sortir dans quelques temps.
La pêche est avant tout une aventure humaine faite de rencontre et de partage avec des personnes de tout horizon. C’est un mode de vie qui se conjugue avec le respect de la nature et des ressources de l’environnement, c’est pour cela que je pratique le No-kill et que tous les ardillons de mes hameçons sont écrasés.


Intégrer la Team SMITH serait une immense fierté. Je tiens cette marque en estime car elle véhicule un message auquel j’adhère complètement : «la recherche de l’excellence et le respect de la nature ».

Ci-dessous un compte rendu que j’ai fait sur la pêche en rivière en Nouvelle-Calédonie. Cet article est paru dans le magasine 1max2pêche

Cordialement
Fabrice Valette

28/05/2018

Nouvelle-Zélande : retour en terre connue...

Par Laurent Renard

Une superbe Brown prise au D-Contact 85
Il y a exactement 20 ans, je foulais pour la première fois de ma vie la terre au long nuage blanc. A l'époque, j'allais passer six mois de rêve à arpenter les lacs et rivières du pays tout en gardant quand même du temps pour visiter les lieux et m'imprégner de cet esprit kiwi que j'aime tant dont l'humilité, la bienveillance et le respect de la parole donnée sont les piliers.

Fish on ! Quelque part dans les Alpes sur l'île du Sud.
Amoureux de ces terres australes, j'allais y retourner à plusieurs reprises avec le même enchantement pour y passer finalement plus de deux ans de ma vie. Cette année, le voyage sera familial et aura pour but de faire découvrir mon petit coin de paradis à ma femme et à mes enfants.

Le D-Conatct 85 est LE leurre à ne pas oublier en Nouvelle-Zélande !
Il était très clair dans ma tête avant de partir que j'avais très peu de chance de tomber sur une double figure (truite de plus de 10 lb) en faisant des sorties de 2/3 heures et donc sans pouvoir marcher longtemps pour accéder aux "hot spots" du pays...
Mais malgré tout je gardais un petit espoir caché de tomber sur un poisson énorme qui me permettrait de rivaliser avec la plus grosse truite que je pris en rivière à l'époque et qui faisait 6,5 kg.

Le D-Incite a très bien marché sur les rivières de taille moyenne.
 Ainsi, nous allons sillonner le pays durant 3 mois. Et quand je le pourrai, je me ferai une petite sortie.


Des arcs-en-ciel de toute beauté !
Les rivières que je privilégierai seront en général petites (à l'échelle de la Nouvelle-Zélande). A cela plusieurs raisons : la pression de pêche y est moindre car elles sont souvent moins connues, avec des poissons moins éduqués mais aussi moins nombreux que sur les rivières connues, mais finalement un taux de prises à peu près équivalent tant en taille qu'en nombre. Avec le bonheur de ne croiser pratiquement personne en prime.
 
Une jolie ferio prise avec un coloris "flashy"

La fougère argentée, symbole du pays. C'est elle qui orne le maillot des All Blacks.
 
 
Une belle arc prise sur le spot ci-dessous.

Superbe rivière de l'île du Nord


Coup du soir en mode "touriste" sur le lac Rotorua.
Le début de l'automne très chaud n'aura pas arrangé mes affaires pour la pêche. En effet, jusqu'à mi-avril nous resterons en tongs, short et tee-shirt ce qui est inhabituel pour le pays.
 
Le Metal Minnow EX : une perle rare en lac !
 

Du coup, les grosses truites qui remontent les rivières à partir des grands lacs seront en retard... J'en prendrai quand même quelques-unes aux leurres mais les plus grosses seront prises à la mouche.
 
Une magnifique rainbow prise à la mouche sur une imitation d'oeuf
 
En nymphe à vue pour cette truite fario de la Tongariro
C'est assez fréquent d'ailleurs de prendre plus de poissons (et les plus gros) à la mouche plutôt qu'aux leurres quand les conditions sont délicates contrairement à ce que pensent les moucheurs exclusifs. Certains ont l'impression que l'usage d'une canne à lancer et d'un leurre est synonyme de succès garanti. Ils devraient essayer pour voir...
 
Bécard sur D-Contact 85

Remise à l'eau d'un poisson par Régis sur une petite rivière de l'île du Nord



Les paysages sont grandioses !
 
Les paysages sont magnifiques et l'on pêche toujours dans un environnement exceptionnel. Certains copains m'avaient averti que je risquais d'être déçu par l'évolution du pays, par la qualité de la pêche au vu de ce que j'avais connu quelques années plus tôt.
 
Combat mémorable avec cette arc sur la Dragonbait Trout Large Stream !
 
 
Que regardent ces gens sur le ponton du lac à Wanaka ? La réponse en dessous.
 
 
Les anguilles ne sont pas petittes non plus !!! Le canard donne une échelle !
 
Très honnêtement, je ne l'ai pas été le moins du monde. Ce fut un bonheur de revenir sur cette terre et je referai le voyage dès que ce sera possible. Pour un pêcheur français la qualité de la pêche "down under" est tout simplement formidable, et les néozélandais sont suffisamment pragmatiques et réactifs pour ajuster la réglementation si le besoin s'en fait sentir.
Pour tout dire, j'ai même failli battre mon record sur une truite en rivière que je tiendrai 20 minutes avant de la perdre. Truite que j'ai estimé à 90 cm environ, et je n'ai pas pour habitude de les surestimer. Ce serait même plutôt le contraire.
 
Non ce n'est pas une blague !!! Et ça en dit long sur l'état d'esprit du pays...
Il va de soi que pour conserver une pêche de cette qualité, il est impératif de relâcher un maximum de poisson. En d'autres mots : jouez le jeu !
 
C'est sur cette image que je souhaite terminer ce petit compte-rendu.